Agevillage

Des pistes pour aider un proche âgé à gérer son argent en toute sécurité


Partager :

Parce qu’il n’est pas forcément à l’aise avec les questions financières, parce qu’il commence à souffrir de troubles de la mémoire ou parce que de plus en plus d’opérations se dématérialisent, quelques pistes pour aider un proche âgé à gérer ses comptes.


« Le vieillissement est un processus biologique naturel et progressif qui s’accompagne généralement d’une modification des fonctions physiologiques, d’un affaiblissement graduel des facultés cognitives et d’une diminution des relations sociales liée à l’arrêt de l’activité professionnelle », écrivent l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), l'organe de supervision français de la banque et de l'assurance et l’Autorité des marchés financiers dans un rapport paru en juin dernier.

Compte tenu qu’elles peuvent disposer d’un certain patrimoine financier, les personnes âgées peuvent être victimes de « mauvaises pratiques de commercialisation (conseil insuffisant, vente de produits non-nécessaires ou inadaptés), voire d’escroqueries » (abus de faiblesse).

Face à ce risque, la banque Guy De Koninck, en Belgique, a imaginé un dispositif de « tiers de confiance ». Ce tiers, choisi par la personne âgée, reçoit des alertes en cas de transaction inhabituelles repérées sur son compte. Il sera testé dès le début de l’année prochaine.

A Rennes, les employés de certaines agences bancaires ont été formés à mieux accueillir et conseiller les personnes malades d’Alzheimer, grâce à l’initiative « Dementia friendly community » portée par le Bistrot mémoire rennais.

Et là, où ces solutions n’existent pas, aux proches d’aborder le sujet avec leur parent âgé. C’est à lui de décider si oui ou non il souhaite se faire accompagner lors de ses rendez-vous à la banque, ou s’il est d’accord pour mettre en place une procuration.

Cette démarche étant généralement facile à rapide à accomplir, et révocable à tout instant. Rapprochez-vous de la banque de votre proche pour savoir comment faire, la démarche pouvant être légèrement différente en fonction des établissements bancaires.

En cas de trop grande altération des capacités de votre proche, il faudra envisager une mesure de protection juridique comme une habilitation familiale, une curatelle ou une tutelle, dont le but est de protéger les intérêts de votre proche.

En savoir plus sur les mesures de protection juridique

Sécurité bancaire et numérique


Et sur internet ? De plus en plus de services, bancaires notamment, sont dématérialisés.

Lorsque les transactions sont numériques, certaines règles doivent être respectées pour les sécuriser.

Protection des données personnelles, des mots de passe, vigilance face au phishing… La prudence est de mise pour éviter fraudes et piratages.

Parmi les bonnes pratiques, ne pas stocker des données sensibles dans son smartphone (codes secrets, coordonnées bancaires), ne pas envoyer ses coordonnées bancaires par mail, et prendre contact par téléphone avec sa banque en cas de doute.

A lire : Guide des bonnes pratiques numériques


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -