Agevillage

Voix des clients, des familles : faites-vous entendre aux CVS !

Commission obligatoire des représentants des personnes aidées et des familles, dans les établissements et services à domicile


Partager :

Nés avec la loi de 2002-2, les conseils de la vie sociale (CVS) restent encore méconnus du grand public. La République, le législateur ont pourtant voulu que les personnes aidées et leurs proches aient leur rôle à jouer dans les établissements et services médico-sociaux. Aux côtés des professionnels et des gestionnaires, et pas forcément face à face. Explications de Jacques Rastoul, du réseau des CVS 91, lors des journées nationales des aides-soignantes le 24 janvier.


Instance obligatoire et mal connue de dialogue client (résident), familles, professionnels, gestionnaires, élus

En complément, en prévention des difficultés, des conflits inhérents à chaque structure collective, les conseils de la vie sociale sont le lieu d'échange, de dialogue entre les parties prenantes : les personnes fragilisées, leurs proches, les professionnels, les gestionnaires et les élus.

Le CVS se réunit au minimum 3 fois par an et est d'autant plus constructif qu'il est préparé par les parties prenantes. Aux membres du CVS d'apprendre comment fonctionne la structure, qui fait quoi, quelles sont les missions des uns et des autres pour mieux accueillir les nouveaux venus, les guider et les accompagner en cas de difficulté.

A l'hôpital, c'est la commission des usagers (CDU) qui représente les patients et leur famille, en remplacement de l'ancienne commission des relations avec les usagers et de la qualité de la prise en charge (CRUQPC).

Ce lieu de partage et de dialogue sur les droits permet de lutter contre l'ignorance des droit qui peut créer de l'agressivité, constate Jacques Rastoul.

Le bien-être des résidents dépend du bien-être de tous

Chaque partie prenante est impliquée pour la qualité du prendre soin, explique Jacques Rastoul de l'Inter-CVS 91. Notamment les familles, les proches aidants qui étaient en première ligne dans l'accompagnement de leur proche, avant de faire appel aux professionnels.

Mais ils sont souvent perdus devant le flot de professionnels qui défilent : expliquer "qui fait quoi" est sûrement le premier rôle des membres des CVS pour le bien-être de tous, des résidents, des familles et des professionnels

Apprendre et mettre en commun pour des pistes de réponses collectives

Les membres des CVS sont des portes-paroles. A eux de savoir accueillir, rassurer, conseiller les nouveaux venus. A eux de savoir apprécier la prise en soin, reconnaître les professionnels, réfléchir aux réalités individuelles, aux causes de difficultés qui mises en commun peuvent aboutir à des pistes de réponses utiles pour tous, insiste Jacques Rastoul.

On entre alors côte à côte et non pas toujours face à face, dans une démarche de prévention collective de la bientraitance.

Le conseil de la vie sociale (CVS) reste une instance consultative (sur le projet d'établissement) qui facilite l'échange, le dialogue et la valorisation des professionnels, du nécessaire professionnalisme indispensable à la qualité du prendre soin sans être les représentants des personnels.

Le CVS permet le partage des bonnes pratiques, des expériences de différents établissements : comme en Ile-de-France, l'expérimentation des horaires de repas à la carte, à effectif constant.

Apprendre, se former pour mieux représenter

Le réseau des CVS 91 emmené par Jacques Rastoul invite les membres des CVS d'un territoire à se former et se fédérer. Apprendre à observer (les fonctionnements, les missions, le prendre soin), apprendre à écouter, apprendre à représenter tous les résidents, toutes les familles (au-delà des situations personnelles), apprendre à formuler des propositions en croisant les regards.





En savoir plus sur le blog de l'Inter-CVS 91
NB : cinq réseaux inter-CVS existent aujourd'hui en Ile-de-France, mais aussi à Lille, Lyon, Montpellier

En savoir plus sur les CVS avec la boîte à outils des CVS d'Agevillage

Découvrez en images l'intervention de Jacques Rastoul, Inter-CVS 91 aux journées des aides-soignantes, le 24 janvier 2020.


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

alost

27/01/2020 20:01

Oui


C'est bien beau tout ça mais pas très facile à réaliser car les membres des CVS sont souvent les enfants des résidents, pas réellement préparés à ce rôle et dont le domaine d'intervention est extrêmement étendu voire sans limite. Nous ne sommes pas des professionnels de santé si ces derniers avaient les moyens de remplir leur rôle on n'en serait pas à demander à des amateurs de servir d'intermédiaire. ça donne envie de tout plaquer et d'aller à la pêche mais ce n'est pas dans ma nature et je vais m'accrocher. Par contre pour les miracles il faudra peut être s'adresser à quelqu'un d'autre. Cordialement.




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -