Agevillage

Confinement et maltraitance : rester vigilant

Témoin ou victime d'un acte de maltraitance sur une personne vulnérable ? Adopter le réflexe 3977


Partager :

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), une personne âgée sur six est victime de maltraitance. Maltraitance qui peut prendre plusieurs formes (psychologique, physique, financière) et survenir à domicile comme en maison de retraite. Pendant cette période de confinement, le 3977, numéro d'appel national d'écoute et de lutte contre la maltraitance des plus âgés, continue sa veille pour venir en aide aux plus vulnérables. 


Ces six premières semaines de huis clos imposé peuvent être source de tensions ou même d’actes de maltraitance. 


La fédération 3977 alerte sur le fait que “les mesures de confinement réactivent ou majorent des situations de violences intrafamiliales”.

Des violences qui touchent aussi les personnes âgées, principalement celles qui vivent à domicile selon la fédération.


Le réflexe 3977


Que l’on soit victime de maltraitance, de négligence ou simplement témoin de situations dérangeantes, le numéro national gratuit 3977 permet de pouvoir parler anonymement à l’un des 1200 bénévoles formés de la fédération. 

Une écoute sans jugement qui permet d’être orienter vers les interlocuteurs de proximité qui pourront dénouer la situation. 

Au-delà de l’écoute et de l’analyse, les bénévoles poursuivent l’accompagnement jusqu’à ce que la maltraitance cesse.

Pendant cette période de confinement, le 3977 maintient sa veille et demeure accessible du lundi au vendredi de 9h00 à 19h00.

Pour aller plus loin : 3977 : Allo Maltraitance, une nouvelle campagne de communication


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -