Agevillage

Déconfinement des Ehpad : des mesures encore très strictes, les sorties toujours suspendues

Représentants des résidents, des familles et professionnels s'élèvent contre un protocole qui « maintient dans l'isolement »


Partager :

Vécu comme un soulagement pour nombre de résidents, de familles mais aussi de professionnels, le déconfinement progressif des Ehpad, annoncé par Olivier Véran le 1er juin, s’est finalement révélé très décevant pour tous les concernés. Eclairages de professionnels et de familles.


Un protocole un peu assoupli, mais qui reste extrêmement contraignant. S’il est désormais « fortement recommandé d’ouvrir rapidement les visites à l’ensemble des résidents qui en expriment la demande », l’organisation de ces visites, le respect des mesures détaillées par le ministère de la Santé restent très complexe.

« Les directeurs sont pris en étau », témoigne Elise Gambier, directrice de La Maison de Jeanne à Villers Bocage

« Le communiqué incite à la réouverture mais pas le protocole de la DGCS qui parle bien de confinement. (…) Un moment qui devait être gai se transforme en une nouvelle pression. »

Un constat partagé par Sylvie Dupont, directrice des Ehpad de la Fondation de l'Armée du Salut : « Pour la fête des mères qui arrive, ce dimanche 7 juin, les visites des familles continueront à s'apparenter à un véritable parcours du combattant ! »

Mais aussi par les représentants des familles : la Fnapaef (Fédération nationale des associations et des amis de personnes âgées et de leurs familles) s’est ainsi adressée à Emmanuel Macron le 4 juin, via une lettre ouverte.

« Libérez les citoyens des Ehpad »


« Monsieur le Président, résidents et familles n’en peuvent plus après tout ce temps. Nous vous demandons de rappeler à tous les responsables que la liberté attachée à tous les citoyens de ce pays doit leur permettre de jouir de la présence de leurs proches, en vis-à-vis, sans restriction ou prétexte organisationnel » insiste Claudette Brialix, la présidente de la fédération.
 
Autre difficulté, relevée par l’inter-CVS 91, la création de fortes inégalités.

Malgré des progrès notables, tous les établissements n’ont pas ouvert. « Des directions continuent d’être trop frileuses. La peur d’un retour de la contamination domine, même là où aucun décès du Covid n’est à déplorer », indique le réseau des conseils de la vie sociale de l’Essonne.

« Le manque de personnel pour organiser les visites est aussi une explication. Ceux qui ont fait appel à des renforts en personnel, à des bénévoles ou des volontaires s’en sortent mieux. »

Privés de sortie


Et quand les visites sont possibles, les sorties, elles, restent interdites, sauf exception. Une restriction qui pose question : quid de la liberté d’aller et venir des résidents ?

Face à cette situation, Jean-Pierre Bacle, directeur de l’Ehpad du Sacré-Cœur à Niort, propose dans un courrier adressé vendredi à la presse locale « d’engager sans plus attendre à compter d’aujourd’hui les opérations menant au déconfinement des habitants de nos maisons.

De manière progressive et raisonnée certes mais sans attendre qu’ON nous en donne la consigne. Simplement  parce qu’il me semble juste, nécessaire et indispensable de commencer à y travailler maintenant », et ce avec l’ensemble des parties prenantes : résidents, familles et professionnels.

« Le retour à une vie sociale normale est souhaité par tous. Les personnels fatigués par le surcroît de travail lié à cette période exceptionnelle, l’attendent. Les familles et les bénévoles peuvent à nouveau être une aide précieuse, sous réserve qu’ils respectent les gestes barrières. Les résidents ont besoin de se refaire une santé avant l’arrivée de la canicule », confirme l’inter-CVS 91.

Mais aujourd’hui, le protocole du ministère, bien qu’assoupli à la marge dans sa dernière version, le 4 juin, « est hélas de nature à maintenir les aînés dans leur isolement et leur confinement, alors que l'heure devrait être à l'amorce d'un réel déconfinement pour les résidents en Ehpad », conclut la Fondation de l'Armée du Salut .


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Dominique

19/06/2020 15:06

En attente décisions Ehpads


L'annonce du président du 14 juin pouvait faire espérer un progrès mais le Ministère de la Santé a demandé le 16 aux Ehpad de préparer des plans de "retour à la normale" "adaptés à la situation de chaque établissement" qui "doivent permettre d’assurer: - prioritairement et le plus vite possible, la reprise des visites des proches sans rendez-vous" ... L'Ehpad de ma mère a donc autorisé les visites sans rendez-vous et sans limite de durée entre 14h et 17 heures à partir du 19 juin. Celui de ma tante (à 5 kms, aucun cas déclaré et en zone verte) limite toujours les visites à 1 heure sur rendez-vous. Des Ehpads ont ouvert leurs portes dès le 15 juin et il faut donc s'attendre à des interprétations différentes des instructions du gouvernement, avec des explications teintées de mauvaise foi en ce qui me concerne.



Dominique

10/06/2020 16:06

conditions inadaptées


Les conditions sont tellement strictes que je renonce à rendre visite à ma tante âgée de 96 ans atteinte d'Alzheimer : au lieu d'apprécier ma présence elle souffrirait de sa courte durée et ne comprendrait pas que je ne revienne pas le lendemain (elle pourrait même m'en vouloir). Je suis la seule personne qui lui rende visite bien que je vive à 500 kms; comment lui faire essayer et éventuellement changer les vêtements dont elle a besoin par exemple ?



piccinaliu

09/06/2020 11:06

liberté égalité fraternité


le confinement des anciens dans les EHPAD sont pour moi anticonstitutionnelle car ne respecte pas l'égalité des citoyens en fonction de l'âge



Co76

08/06/2020 21:06

Arrêtons cette inhumanité


On préfère mourir du Covid à 90 ans que d’ abandon et de déshydratation. Ma mère ne mange pas seule Et ne boit que de l’ eau gélifiée mais il lui faut une heure pour un pot . Nous Venions 3 heures par jour Et elle était en forme. Le 15 mai elle était mourante couchée dans son lit à 15 h... on avait “ oublié de la lever “... puis déshydratée à mourir ...Sans sans assistance pour la faute boîte. il a fallu tempêter pour la mettre sous perfusion. Quand arrêtez vous de tuer les aînés de solitude ?




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -