Agevillage
  >   Actualités  >     >   L'habitat à l'épreuve du covid

L'habitat à l'épreuve du covid

Aménagement, déménagement la crise sanitaire a amené les seniors à réinventer leur habitat


Partager :

Ce lundi 5 octobre se déroule la Journée mondiale de l’habitat. Journée créée il y a 35 ans par l'Assemblée générale des Nations unies pour rappeler qu’un logement adéquat est un droit fondamental. Sur fond de pandémie mondiale, 2020 nous a amené à redécouvrir notre habitat et à repenser notre façon de vivre à domicile. Explications de Camille Mairesse, responsable du pilotage et du développement au Prif (Prévention retraite Ile-de-France).


Cette année le logement a pris une dimension toute particulière. Il est devenu plus que jamais un refuge pendant les mois de confinement, et une solution pour tenter enrayer la propagation du virus. 

Cette période unique a aussi été un accélérateur de décisions en matière d’habitat. Entre déménagements et aménagements, la crise a été l’occasion pour les Français d’une grande introspection sur la façon dont ils souhaitent vivre chez eux. 

Fondé par la Caisse nationale d’assurance vieillesse en Île-de-France (Cnav), la Sécurité sociale des indépendants (ex-RSI) et la Mutualité sociale agricole d’Île-de-France (MSA), le Prif a pour objectif de permettre aux retraités de mieux vieillir, de rester ancrés dans la société et notamment en organisant les ateliers “Bien chez soi”.

Ces ateliers offrent la possibilité aux retraités franciliens d’obtenir des conseils d’un ergothérapeute et de bénéficier  d’informations afin d’optimiser leur logement, de le rendre plus confortable, plus économique. 


Adapter son logement à ses envies


C’est autour de ces ateliers que Camille Mairesse a pu constater un réel changement sur la façon de considérer son chez-soi : “le confinement a été l’occasion de redécouvrir son habitat et de le reconsidérer”. 

Les seniors ont eu plus de temps pour faire évoluer leur logement et certains se sont attelés au bricolage, au rangement, d’autres ont fait des repérages”. raconte-elle. 

Une sorte de déclencheur en matière de projet d’habitat qui a permis de faire un état des lieux de son habitat et réparer ses petits défauts. 

De la marche cassée depuis des années aux placards en désordre, ces mois passées à la maison ont aidé les Français à franchir le pas pour améliorer leur logement ou le rendre plus adapté à leurs besoins. 


Quitter la ville


Dans les grandes métropoles, les comportements ont été un peu différents et cette période et parfois l’occasion de départs, pour des logements plus grands, loins de la ville. 

A l'issue du confinement certaines personnes âgées ne sont pas revenus en Ile-de-France. Parties se confiner au vert, elles ont choisi d’avancer leur projet de déménagement” souligne Camille Mairesse.

Ces mois passés chez soi ont été évidemment douloureux mais ont aussi été l’occasion d’une réflexion qui a aidé les Français à repenser leur habitat en fonction de leurs envies, de leurs besoins.

Pour aller plus loin : J’aménage mon logement


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -