Agevillage
  >   Actualités  >     >   RFA 2020 : les bénéfices de...

RFA 2020 : les bénéfices des approches non-médicamenteuses pour les malades d'Alzheimer

Focus sur ces interventions en faveur de l'autonomie et du lien social


Partager :

Chaque année 225 000 nouveaux malades d’Alzheimer sont diagnostiqués. S’il n’existe pas encore de traitement pour enrayer cette maladie, des solutions existent pour ralentir sa progression et pour mieux vivre avec. De plus en plus plébiscitées, les approches non-médicamenteuses ont été mises à l’honneur dans le cadre des Rencontres France Alzheimer (RFA).


Les Rencontres France Alzheimer 2020 qui se sont tenues le 8 décembre dernier, ont permis de faire un tour d’horizon des avancées de la recherche et des nouvelles solutions d’accompagnement pour les malades.

Parmi elles, les interventions non-médicamenteuses prennent une place de plus en plus importante dans le parcours de soin des malades. 

A l’occasion de ces Rencontres, Geneviève Demoures, directrice de France Alzheimer Dordogne, la docteure en psychologie Véronique Suissa et le professeur Grégory Ninot ont été interrogés sur l’efficacité et les bienfaits de ces approches alternatives. 

Les approches non-médicamenteuses “restaurent la personnalité, restaurent la personne dans ce qu’elle est, dans ce qu’elle vit, dans son histoire. Mais elles lui permettent aussi d’autres possibles” explique Geneviève Demoures qui, à travers des ateliers musicothérapie, a pu constater les bénéfices pour les malades.

Au-delà de la maladie, les personnes ont accès au plaisir et au désir” poursuit la directrice de France Alzheimer Dordogne.

Que ce soit à travers le qi gong, l’art-thérapie, la sophrologie, la musicothérapie… les approches non-médicamenteuses ont vocation à préserver le plus longtemps possible l’autonomie des malades, à atténuer les troubles du comportement mais aussi à les soutenir psychologiquement


Les approches non-médicamenteuses pendant le confinement


Des interventions qui se sont aussi développées pendant la période de confinement rappelle Véronique Suissa.

Si tout n’est pas possible par le biais de la visio-conférence, celle-ci a permis d’aider des malades et leurs aidants pendant le confinement.

Dès lors que le patient me dit “je me sens mieux”,” je me sens moins seul”, pour moi c’est de l’efficacité” précise la docteure en psychologie et en ce sens de nombreux ateliers ont permis d’accompagner les malades à distance ces derniers mois.

Revoir la conférence Les interventions non médicamenteuses, des thérapies comme les autres ?


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -