Agevillage
  >   Actualités  >     >   La vaccination élargie aux ...

La vaccination élargie aux plus de 75 ans

Dès la semaine prochaine, toutes les personnes de plus de 75 ans pourront se faire vacciner


Partager :

La campagne de vaccination contre le covid-19 s’accélère. Le premier ministre a annoncé jeudi dernier que les personnes de plus de 75 ans vivant à domicile pourront dans les prochains jours se faire vacciner. Comment en bénéficier ? Comment fonctionnent les différents vaccins à disposition ? Le point sur les dernières avancées de la campagne de vaccination.


Lancée le 27 décembre dernier, la campagne de vaccination ne concernait jusqu’alors que les personnes résidant en maison de retraite et les soignants de plus de 50 ans présentant des comorbidités. 


Les plus de 75 ans pourront se faire vacciner à partir du 18 janvier


Le 7 janvier, lors du point hebdomadaire, le Premier ministre Jean Castex a annoncé l’élargissement des personnes éligibles à la vaccination pour la phase 1. 

Pour rappel, le calendrier de la campagne de vaccination contre le covid-19 est organisé en 3 phases :
  • Phase 1 : à partir de fin décembre/début janvier pour les personnes les plus vulnérables
  • Phase 2 : à partir de fin février/début mars pour les personnes présentant un facteur de risque
  • Phase 3 : au printemps prochain, pour l’ensemble de la population
Initialement prévue pour la phase 2, la vaccination des personnes de plus de 75 ans vivant à domicile pourra finalement s’effectuer à partir du lundi 18 janvier

La prise de rendez-vous sera effective dès le jeudi 14 janvier :
  • En appelant directement l’un des centres de vaccination contre le covid-19 (liste et coordonnées disponibles sur les sites des Agences régionales de santé)
  • Par le biais d’un numéro vert qui sera mis en place dans les prochains jours
  • Via le site internet Santé.fr 
Une fois sur place, avant de recevoir la première dose (la seconde devra être administrée 3 à 6 semaines plus tard), il faudra répondre à quelques questions relatives à d’éventuelles allergies ou sur les antécédents médicaux afin de s’assurer que la vaccination se déroulera normalement.


Comment fonctionnent les vaccins


A ce jour, seuls les vaccins des laboratoires Pfizer et Moderna ont reçu le feu vert de la Commission européenne. 

Le vaccin Moderna a en effet obtenu une autorisation de mise sur le marché européenne le 6 janvier dernier et les premières dose devraient être livrées en France ce lundi.

D’autres (AstraZeneca, CureVac, Janssen et Sanofi-GSK) sont en cours d’évaluation par l’European Medicines Agency (EMA) et devraient, dans les mois qui viennent, être disponibles en France. 



En tout, d’ici à la fin de l’année, trois types de vaccins pourront être administrés en France :
  • Les vaccins à ARN messager (Pfizer, Moderna, CureVac) : des “brins d'instructions génétiques” appelées ARN messager sont administrés pour produire des anticorps contre le virus.
  • Les vaccins "sous-unitaire" vaccins à protéine recombinante (Sanofi-GSK) utilisent le même procédé qu'un vaccin contre la grippe en isolant une partie du code génétique du virus pour administrer l’antigène spécifique et stimuler la réponse immunitaire. 
  • Les vaccins à vecteur viral (AstraZeneca, Janssen) : une faible partie de l’ARN du virus est placé dans un virus bénin pour l’homme puis administré pour fabriquer des anticorps. 


Quels risques ?


Selon les études présentées et après les premières vaccinations dans le monde, les vaccins ne semblent présenter que très peu de risques pour la santé. 

A travers un communiqué, la Fédération française d’allergologie précise même qu’il est possible de “vacciner avec le vaccin Pfizer/ BioNTech les patients qui présentent une allergie médicamenteuse ou alimentaire grave”. 

La fédération rappelle cependant que “le vaccin reste contre-indiqué chez les patients qui ont une histoire clinique d’allergie vis-à-vis des ingrédients contenus dans le vaccin” et notamment avec le polyéthylène glycol.

La campagne de vaccination contre le covid-19 se déroule sous la surveillance de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) qui réalise régulièrement un point de situation. 

A ce jour, l’Agence indique qu’aucun effet indésirable grave n’a été observé en France.


Vaccination vs Parkinson 


France Parkinson rappelle de son côté, que la vaccination contre le covid-19 “n’interfère pas avec les thérapies actuelles de la maladie de Parkinson” et recommande la vaccination aux personnes atteintes de la maladie.

Les données scientifiques des essais cliniques montrent que le type ou l’incidence des effets secondaires chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson ne sont pas différents de ceux observés chez des personnes non atteintes de maladie de Parkinson” précise l’association.


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

larebelle53

12/01/2021 11:01

mld


Une façon à nouveau pour avoir des nouveaux membres




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -