Agevillage

5ème risque : Et si on demandait leur avis aux vieilles personnes concernées ? demande Geneviève Laroque


Partager :

Lors des "Entretiens du 5e Risque" du 2 février organisés par la jeune association APIL, Geneviève Laroque du Collectif  "Une société pour tous les âges" a réagi aux propositions du sénateur Marini (UMP auteur du rapport sur la prise ne charge de la dépendance le 1er février 2011) , de la député Valérie Rosso-Debord (Rapport sur la dépendance juin 2010), et du sénateur Daudigny (PS).

Et si on demandait leur avis aux vieilles personnes concernées ?
"Elles ont besoin d'aides. Mais desquelles ?" interpèle Geneviève Laroque. "Des aides humaines, techniques ? Leur a-t-on posé la question ? Le vieux ne saurait pas manipuler quelques objets comme le téléphone ?" provoque-t-elle.
Elle souligne comme certains orateurs les principes qui ont fondé la sécurité sociale de 1945 : mais explique qu'aujourd'hui, des questions se posent sur l'évaluation des prestations par exemple.
Geneviève Laroque regrette l'exception française de la discrimination par l'âge. "Nous sommes le seul pays civilisé ayant introduit cette discrimination dans la compensation des situations de handicaps".
Elle s'étonne que l'on ait oublié le rapport de 2004 de Maurice Bonnet au CES pour une prestation HID : pour une prestation de compensation quelle que soit l'âge.
Notre République a oublié que dans la Loi votée en 2005 pour intégrer les personnes handicapées, un délai de 5 ans était fixé pour lever toutes les formes de discrimination, notamment par l'âge.

La France est médiane, estime Geneviève Laroque. Elle essaye de combiner les systèmes
- libéral (assurances, mutuelles)
- socialiste (aides aux plus démunis)
- familialiste (Geneviève Laroque pointe la potentielle "double peine" de la récupération sur succession : malade-handicapé et propriétaire !
Elle préfère que l'ensemble des successions soit taxées.
- corporatiste (caisses de sécurité sociale dont la gestion a évolué vers un système social -démocrate depuis les ordonnances de 1976).

Et si c'était notre force d'être hybride ?
Geneviève Laroque salue cette France médiane.
Pour évoluer, elle regarde l'accompagnement des personnes handicapées qui vieillissent ("alors qu'avant, elles avaient l'excellente habitude de mourir jeunes !").
Elle regarde la façon dont les personnes handicapées vieillissante se défendent quant à l'obligation alimentaire et l'aide sociale.
Elle comprend les inquiétudes quant aux difficultés financières de notre pays, mais continue de prôner un système mixte (corporatiste / social démocrate) qui serait positif.

Pour Geneviève Laroque, il s'agit de
- assurer une  égalité de la prestation entre les personnes en situation de handicap, quel que soit leur l'âge.
- faire peser les cotisations de manière progressive, sur l'ensemble des revenus (travail, patrimoines)

 

Voir l'excellente oratrice Geneviève Laroque," personne z'âgée" de 80 printemps.

 


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

romans

09/02/2011 08:02

reflexions et piste


Tout d'abord quelques chiffres.20 %des personnes en maisons de retraite ont les moyens de payer . 60 % des familles participent aux factures de leurs parents . Les dérives tarifaires en EHPAD public ne concernent que les EHPAD béneficiant de l aide social;(on donne d'un coté et l'on reprend de l'autre a la charge des résidents et familles !!!!! a Romans sur isere l'augmentation représente sur 6 ans 3 507 832,5 euros ...soit plus de 6 % d 'augmentation . concernant le 5 éme risque :pourquoi ne pas taxer:alcools , jeux ,tabacs et développer les familles d'accueil



MORDAGNE

08/02/2011 18:02

Représentation sociale


Il est regrettable que dans TOUS LES ORGANISMES DECIDEURS la représentativité est faite de personnes ayant des revenus qui sont au dessus des moyennes des revenus des français. Comment voulez vous qu'ils sachent et vivent la précarité, la difficulté d'une majorité de foyers français. Ils disent comprendre mais cela s'appelle la lange de bois et l'électoralisme voir le corporatisme et même les hauts représentants syndicaux qui trouvent toujours des compléments de revenus aprés la retraite ou le reclassement : Mr SARKOZY (Médéric) Mr BLONDEL - Mme NOTTAT etc...




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -