Agevillage

5ème risque : UFC-Que Choisir fustige l'assurance dépendance

L'association prône un "bouclier dépendance"


Partager :

Logo QUE CHOISIRL'UFC-Que Choisir juge l’assurance dépendance inefficace et estime qu'elle peut jouer qu’un rôle marginal dans l’amélioration de la prise en charge de la perte d’autonomie des personnes âgées. L’association de défense des consommateurs préconise de nouvelles recettes pour financer un bouclier dépendance.

L’ UFC-Que Choisir est partie  en guerre mercredi 11 mai contre tous ceux qui placent l’assurance privée au cœur de la future réforme sur la perte d’autonomie, à l’instar des rapports publiés en 2010 par l’Assemblée nationale et en 2011 par le Sénat. « Ce discours est inacceptable" a déclaré Alain Bazot, président de l’association de défense des consommateurs
"S’appuyer sur l’assurance dépendance est un pari perdu d’avance" a-t-il ajouté. Contrairement à ce qu’affirmait le président de la République en février, l’UFC-Que Choisir estime que «ce ne sont pas 5,5 millions de personnes qui sont aujourd’hui couvertes par une garantie viagère. « Compter ceux à qui cela apportera 50 € par mois, c’est se moquer du monde ». Le président de l’UFC affirme que seules « 1,5 à 2 millions de personnes au plus toucheront 300€ par mois » , un niveau de rente néanmoins insuffisant au regard d’un reste à charge de 1 000 € à domicile et de 2 000 € en établissement.

Contrats illisibles et imprévisibles

Alain Bezot qui est aussi membre d'un des groupes de travail formés par le gouvernement et président de l'UFC-Que Choisir a estimé d’après l’étude menée par l’association sur huit produits, que les contrats apparaissent « illisibles » et « imprévisibles ». « Sur les huit contrats étudiés, aucun ne prévoit une indexation des garanties sur l’inflation. Une majorité ne plafonne pas l’évolution des cotisations qui peuvent atteindre des niveaux insupportables. Le consommateur n’est pas en mesure d’effectuer un choix éclairé ». Une étude sur le marché américain montre que les assurances dépendance reversent en prestations moins de la moitié des cotisations perçues contre 75% pour la santé.

Bouclier dépendance

L’UFC Que Choisir affirme que « le marché assurantiel doit être cantonné à un rôle subsidiaire » et « régulé » au profit d’une amélioration de la prise en charge publique.

L’association préconise ainsi l’instauration d’un « bouclier dépendance », à savoir un plafonnement du reste à charge des personnes dépendantes sur la durée, déterminé en fonction de leur niveau de revenus et de patrimoine, au-delà duquel la solidarité nationale prendrait le relais.
Ce dispositif dont le coût est évalué à 2 milliards d'euros, serait financé par la suppression de niches fiscales, notamment la suppression de l’abattement de 10% dont bénéficient les retraités dans le calcul de leur impôt sur le revenu (2,7 milliards d'euros).

En savoir plus : http://www.quechoisir.org/services-vie-sociale/vie-privee-societe/seniors/etude-prise-en-charge-de-la-perte-d-autonomie-des-personnes-agees-pour-un-nouveau-schema-de-financement


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

catherine

23/02/2012 10:02

refus de paiement


les assurances se contentent d'empocher les cotisations mais trouvent tous les prétextes pour ne pas payer.




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -