Agevillage
  >   Actualités  >     >   Edito : Les milliards d'eur...

Edito : Les milliards d'euros pour les plus âgés : décryptage


Partager :

Annie de VivieLes ministres mettent en avant les 28 milliards d'euros déjà mobilisés par la puissance publique (les impôts des citoyens, les cotisations, taxes...) en faveur des personnes âgées.

A une large majorité, ces 28 milliards d'euros répondent aux besoins EN SOINS des personnes âgées .

A côté de l'Assurance Maladie, la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) a été créée pour gérer les fonds nés de la suppression d'un jour férié et les redistribuer aux acteurs concernés (Les départements pour l'APA par exemple : aide personnalisée d'autonomie).

Ainsi les 28 milliards se décomposent dans les grandes masse comme suit 
- 11,5 milliards de l'Assurance Maladie vers les hopitaux et unités de soins longues durée hospitalières qui accueillent des personnes malades (Ces malades s'acquittent des forfaits hospitaliers et tarifs hébergements) et vers les professionnels de santé libéraux (médecins traitants, infirmiers pour lesquels les malades s'acquittent d'un ticket modérateur).

- 6,2 milliards d'euros pour financer les forfaits soins des établissements d'accueil pour personnes âgées dépendantes EHPAD (personnesl soignants de ces maisons de retraite médicalisées)

- 1,7 milliards d'euros de réductions d'impôts (tarifs maisons de retraite) et exonérations de charges (aides à domicile)

- 1 milliards d'euros vers les services d'aides et de soins à domicile (SSIAD)

- 5,2  milliards pour l'APA : aide personnalisée d'autonomie (à domicile et en établissements)

Les  autres crédits  publics

- 1,2 milliards pour l'aide sociale à hébergement via les départements

- 0,5 milliards (500 millions) d'euros d'aides au logement de la caisse nationale des allocations familiales.

- 0,7 milliards pour l'aide des personnes les moins fragiles


Ces budgets répondent donc a des besoins de santé, de fragilité.

Ils ne sont malheureusement pas suffisants.
Pour mémoire, l'association France Alzheimer a chiffré à 1 000 euros par mois le "reste à charge" des personnes malades (et de leurs proches).

D'autres sources estiment à 13 milliards d'euros, les sommes mobilisées par les citoyens en complément des crédits publics.

La réforme du financement de la perte d'autonomie était donc bien d'un enjeu de société majeur, inscrit dans l'agenda du gouvernement sous l'impulsion du président de la République ("réforme de la dépendance, 5e risque"), mais qui a été repoussé sine die sous le coup de la crise financière, jusqu'à ce que "le contexte le permette"selon les voeux à nos lecteurs de notre ministre des solidarités et de la cohésion sociale madame Bachelot-Narquin.

Que souhaitons-nous collectivement pour prendre soin des personnes âgées malades, fragilisées ? Que souhaitons nous pour nous mêmes demain ?

Ces milliards qui manquent relèvent d'arbitrages politiques, qui seront pesés par  les citoyens lors des prochaines échéances électorales.


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

MARITE

12/01/2012 00:01

riches handicapés


Comme nous l'a si bien montré le film "les intouchables" il faut dans notre très chère France être riche handicapé pour être heureux là pas de problème on n'a pas besoin de l'APA ,uon peut s'offrir le luxe de choisir son personnel soignant et touti-quanti.... A quand un vrai statut des aidants familliaux ??? Pour le quidam de base celui qui vit chichement avec une retraite de misère et qui n'aura pas les moyens de se payer une maison de retraite quel choix reste-t-il?? Que sera notre propre vieillesse ???Une vieillesse misérable sans doute...C'est déjà le cas en Grèce se sera bientôt pour nous...



BF47

10/01/2012 19:01

gériatre hospitalier


le problème cependant est qu'aucun de nos candidats déclarés n'annonce de mesure concrète en la matière. Il nous renvoient tous après les éléctions . Le Candidat Hollande dit qu' il va revoir la Loi HPST par exemple, mais il ne dit pas exactement ce qu'il propose de modifier .le non candidat/ pas encore candidat / mais bientôt candidat Sarkozy nous a habitué à des trémolos dans des promesses faites mais non tenues . Comment allons nous pouvoir faire des choix éclairés. Comment? "pesés par les citoyens lors des prochaines échéances électorales".



mic39

10/01/2012 17:01

LES CHIFFRES ne sont pas une réponse


Ces derniers quinze jours,trois faits dramatiques ont traduit la désespérance des familles, dont un membre était atteind du syndrome Alzheimer en Champagne Ardenne, dans la presse locale ce jour une famille crie son désespoir au regard d'un des drames, c'est la juste expression de la réalité qui assaille des milliers de familles. Les chiffres évoqués ne résolvent en rien cette réalité profonde. A l'évidence le sort des anciens malades de surcroit, n'est pas près d'être réglé de façon favorable. Nous nageons dans une incurie totale sur ce sujet,en effet dès la soixantaine, vous n'êtes plus le mêmme citoyen, car aux yeux des énarques qui pondent des lois vous passez au stade de citoyen hors service. En témoigne cette hérésie qui considaire qu'a partir de soixante ans, vous ne bénéficiez plus de la même protection sociale, un autre paradoxe s'installe, avec l'allongement de l'age pour le départ en retraite, est-ce que la personne handicapée sera reconnue jusqu'à cet age butoir du départ en retraite? Si les chiffres annoncés sont excats, ils méritent d'être détaillés, pour mettre en exergue ce qui est attribué réellement en direction des malades agés. Ne nous faisons pas d'illusion, les politiques détiennent la possibilité de remédier aux carences évidentes du systhèmes, seule une solidarité nationale sera efficace, en ces temps ou le prétexte de la crise est du pain béni pour expliquer les dfficultés, je demeure persuadé que les candidats aux futures élections, n'évoqueront pas ce point précis.



PPs

10/01/2012 10:01

Les dindons de la crise comptez vous!


Bonjour, je me permets donc une première réaction d'humeur. Je trouve que la crise a bon dos. Nos puissances publiques se fichent éperdument de la réalité quotidienne des familles pour qui les charges de personne(s) âgée(s) les - familles et personnes âges - empêchent d'avoir une vie décente. Je ne peux pas m'empêcher d'observer que les choix de distributions d'argent ne vont pas dans le sens de la solidarité. J'ai le sentiment que l'argent attirant l'argent celui-ci va plutôt "en aide" aux spéculateurs financiers - particuliers fortunés et riches. institutions privés.




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -