Agevillage
  >   Actualités  >     >   Edito : Abus, ambivalence, ...

Edito : Abus, ambivalence, argent (AAA)


Partager :

Quand on pense maltraitance de personnes âgées, situation à risque, le réflexe est maintenant d'appeler le 3977, numéro d'appel national installé depuis quatre ans.

Des écoutants professionnels, psychologues, aident à mettre "en ordre" des situations douleureuses, souvent complexes.
Ils analysent le problème avec la personne qui appelle (personne âgée elle-même, témoin, professionnel). Ils suggèrent une action comme l'intervention de proximité que l’appelant peut refuser.
Ce dernier décide si un dossier sera transmis (via un système sécurisé) à un des partenaires locaux de l’association  (association du réseau Alma) aux tutelles chargées de la bientraitance des personnes vulnérables (Agence régionale de santé/ARS, Conseil Général/CG, CCAS des villes : centres communaux d'action sociale).

La réalité des abus de personnes âgées fragilisées, des situations à risque est tangible : le 39 77 enregistre plus de 100 appels par jour (quatre fois plus en cas de médiatisation du numéro; voir les faits divers cette semaine).
Pour autant, les vieilles personnes fragilisées n'ont pas perdu leur libre arbitre et peuvent tout à fait être jugées responsables de leur actes. Un tribunal a eu ainsi raison de valider le cadeau d'un tableau de prix par une personne âgée à son aide à domicile. Certains  choix peuvent paraître osés (et être dénoncés par des proches), mais peuvent aussi relever du libre arbitre de personnes qui demeurent adulte, majeurs et autonomes.

Les professionnels du 3977 (l'association Habeo) soulignent la fréquente ambivalence des appelants, notamment quand il s'agit de la personne âgée victime.
Celle-ci souffre, veut parler, mais ... ne veut pas rompre le fragile équilibre avec son proche maltraitant, lui aussi, souvent, en situation de vulnérabilité.

Un des enjeux clé explique le Pr Moulias président de l'autre association d'écoute (ALMA France) est l'argent.
Il est source de tensions familiales, de choix souvent douloureux notamment quand les services d'aides professionnels, les établissements d'accueil  sont trop onéreux.
Le ou les aidants finissent par s'épuiser, au risque de dérapages, de négligences, voire de violences.

Certes, les questions de situation de maltraitance sont personnelles, intra-familiales, mais que dire d'une société qui n'accompagne pas ses membres les plus fragiles ?
Qui ne met pas en oeuvre de politiques publiques d'envergure pour lutter contre la maltraitance de personnes vulnérables ?
Qui ne solvabilise pas l'accès à des services nécessaires à la vie quotidienne ?
Qui ne mobilise pas les moyens humains, en structures, pour accompagner dignement cette dernière partie de la vie ?

Les élections qui approchent sont un des temps où ces questions doivent être posées.
La rédaction d'Agevillage se mobilise à nouveau, avec plusieurs collectifs pour interpeller les candidats à l'élection présidentielle.


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

do1951

22/02/2012 08:02

démocratie


Le grand âge, notamment, met en évidence des espaces clos dans lesquels les principes de la démocratie (liberté de penser de dire et de faire, égalité, droit d'aller et venir, droit à la sécurité…) peinent parfois à pénétrer. Certaines personnes, issues de la famille, de l'entourage ou des diverses professions sollicitées ne respectent pas quant à elles les devoirs liés à leur responsabilité individuelle. C'est un problème qu'il serait judicieux de réfléchir de manière générale dans la cadre d'une évolution de la démocratie dans ces espaces que les moyens de la puissance publique ne permettaient pas jusqu'alors de pénétrer. C'est un vrai problème de société à faire émerger et travailler au sommet de l'État comme à la base. J'ai proposé une orientation : le saut fractal de la démocratie, c'est-à-dire l'application locale des principes généraux de la formation de la démocratie, là où jusqu'alors rien ne permettait d'en vérifier la réalité et où par conséquent pouvaient perdurer des dispositions arbitraires et abusives. Voir pour plus de détails : la naissance de la gérontologie psychologique, EHESP.




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -