Agevillage
  >   Actualités  >     >   L'action de Michèle Delauna...

L'action de Michèle Delaunay dans le secteur du grand âge

Une doctrine en quatre axes


Partager :

CE QUE MICHELE DELAUNAY A FAIT
• Auteur du rapport du groupe socialiste sur la politique de l’âge publié en avril 2009. 

 Elle est l'auteur de six questions écrites sur :
L’accueil familial
La fragilisation financière du secteur de l’aide à domicile
L’adaptation des téléphones des chambres d’hôpital à destination des malvoyants
La maltraitance
La maltraitance
La représentation de la Confédération des retraités dans les organismes qui traitent des personnes âgées

CE QUE MICHELE DELAUNAY PENSE:
Vieillir est une chance : cela ne va pas sans problème ni questions mais toutes les possibilités sont ouvertes pour trouver des réponses.
L’allongement de la vie a constitué le plus grand progrès du XXe siècle.
Nécessité de définir le concept de politique de l’âge. Parler de dépendance donne une image négative de la vieillesse. Interrogation sur la terminologie du « Cinquième risque ».

La doctrine en quatre axes principaux de ce que serait une  « politique de l’âge » :
1. L’accompagnement et la prise en charge :
Favoriser l’aide et le soutien à domicile. Anticiper et innover en matière de logement. Mieux identifier chaque étape du parcours de soins. Aider les aidants naturels. Appliquer la pyramide de Maslow.
2. Les initiatives solidaires et citoyennes :
Eviter la stigmatisation et favoriser la compréhension. Favoriser les projets de rencontres intergénérationnelles.
3. L’anticipation de l’allongement de la vie par des politiques de prévention et de prévision
Mener des politiques de prévention. Développer les professions liées à l’avance en âge. Prendre en compte et respecter les spécificités.
4. La gouvernance et le financement :
Favoriser une meilleure gouvernance par les acteurs locaux et nationaux.  Législation en matière de tarification : simplification et uniformisation. Convergence handicap – grand-âge. Régler la question du financement.

CE QU’ELLE PENSE DE L'ACTION DU GOUVERNEMENT FILLON
- Abandon injustifiable du projet de loi sur la dépendance. Cinq ans de perdus et des milliers de familles en souffrance.
Justification de l’échec de la réforme de la dépendance par la nécessité de réduire les déficits, alors que c’était une promesse de la campagne de 2007. (Projet confié à Roselyne Bachelot).
- Mise en place de la journée de Solidarité en 2004 après la canicule de 2003 : financement à hauteur de 2,1 milliards d’euros pour la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie. Rupture avec le principe d’égalité entre les citoyens. Ne permet pas de répondre aux besoins liés à la perte d’autonomie.
- 2006 – Plan Solidarité-Grand âge de Philippe Bas. Plan en 5 axes (livre choix, maison de retraite de demain, adaptation de l’hôpital, assurer l’avenir du financement et insuffler une nouvelle dynamique à la recherche et à la prévention) ambitieux mais avec des moyens insuffisants.
- 2008 – Plan Alzheimer – Question du financement ?

Retrouver notre interview de Michèle Delaunay d'avril 2011


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -