Agevillage
  >   Actualités  >     >   L'UNA interpelle le gouvern...

L'UNA interpelle le gouvernement et les candidats aux législatives pour que l'accompagnement des personnes fragiles soit une priorité


Partager :

Avant même de connaître sa composition, l’UNA « en tant qu’acteur militant du secteur de l’économie sociale »  interpelait la nouvelle équipe gouvernementale dès ce 15 mai sur les questions relatives au secteur de l’aide à domicile et de l’accompagnement des personnes fragiles . Elle présente des propositions, envoyées aux principaux candidats aux législatives, pour trouver des solutions concrètes et permettre la réorganisation tant attendue par le secteur.

Pour réformer l’accompagnement des personnes fragiles et le secteur dans son ensemble, UNA propose :
que le fonds de restructuration pour les structures d’aide à domicile les plus en difficulté soit doublé (initialement prévu de 50 millions d’euros). Le seul réseau UNA a recensé 170 structures éligibles à ce fonds pour un total d’aide demandée de 37 millions d’euros. Le calcul est rapide et le constat simple : l’aide allouée est bien en deçà des réalités et ne servira que de rustine si elle n’est pas réévaluée.
que la réforme initiée par l’Assemblée des Départements de France (ADF) et les 14 fédérations du secteur soit soutenue par l’Etat et que celui-ci s’implique dans une démarche de construction d’une réforme cohérente pour l’aide et les soins à domicile : il est grand temps que les professionnels des secteurs sanitaire, social et médico-social puissent travailler en bonne intelligence, et proposer de véritables parcours d’accompagnement et de soins aux personnes !
la concrétisation des propositions du candidat Hollande, devenu président de la République, à savoir  : doublement du plafond de l’Allocation personnalisée d’Autonomie (APA) ; des mesures concrètes pour les aidants familiaux ; l’adaptation de 80 000 logements pour les personnes en perte d’autonomie ; la mise en place d’une contribution nationale pour assurer le financement.
 
« Notre organisation, notre coordination entre professionnels, la collaboration entre conseils généraux et agences régionales de santé (ARS), les dispositifs d’accompagnement des personnes, mais aussi le financement de cet ensemble, doivent être améliorés et mieux adaptés aux réalités actuelles. De nombreux travaux de qualité ont déjà été réalisés sur ces questions : il ne reste plus qu’à les mettre en œuvre », a précisé Yves Vérollet, Directeur général du réseau UNA.


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -