Agevillage
  >   Actualités  >     >   Edito : prévenir le vieilli...

Edito : prévenir le vieillissement : grande cause nationale ?


Partager :

Le 1er ministre a lancé l’appel à candidatures pour le label Grande Cause 2013.
Pourquoi pas "2013 : année de la prévention du vieillissement" a lancé Madame Delaunay lors de l'Hommage public à Geneviève Laroque, le 4 décembre dernier au ministère des Affaires sociales et de la santé.

Elle a sûrement voulu dire "Année de la prévention du vieillissement "pathologique", "fragilisé", qui nécessite un besoin d'aides et de soins.

En effet on ne rappellera jamais assez le slogan cher à la présidente de la FNG (Fondation nationale de gérontologie) du Prix Chronos "Grandir c'est vieillir, vieillir c'est grandir". "Finalement, la vieillesse n'est pas un défaut !" découvrait le petit Arnaud de 8 ou 9 ans.

Prévenir le vieillissement, tout court, serait prévenir la vie.


On cherche tous naturellement à "bien vieillir", même s'il faut réfléchir aux conséquences éthiques des injonctions tyraniques en ce sens (les personnes qui auraient choisi un mode de vie les conduisant à "mal vieillir" devraient-elles être rejetées de notre société ?).

Il est reconnu aujourd'hui que des actions de prévention apportent leurs fruits. Comme le montrent notamment les Ateliers du Bien Vieillir de la MSA : une meilleure hygiène de vie, une implication et une reconnaissance sociale ont des impacts rééls sur la consommation médicamenteuse, le sommeil, le recul de maladies cardiovasculaires...

Or on sait qu'il reste encore beaucoup à faire pour intégrer le vieillissement comme un des éléments sociétaux clés des années à venir.
Nous n'avons pas d'intelligence d'espèce, pas de recul, d'expériences validées, sur le vieillissement massif de notre population.
Ce phénomène est inédit dans notre civilisation.

L'image négative de la vieillesse, l'agisme, doivent être combattus et notre vigilance renforcée pour que les droits de tout citoyen qui avance en âge soient préservés, sans discrimination.
Et quand la maladie, la fragilité, la vulnérabilité s'installent, à nous tous de déployer des politiques publiques justes, efficaces, bientraitantes et financées. Ne laissons pas les faits divers tragiques s'installer.

Ce vieillissement va secouer notre vision de la vie (plus longue), du travail (formations tout au long de la vie), notre rapport à la santé (notre corps va devoir fonctionner plus longtemps), notre lien avec la ville ou le village (accessibilité), notre habitat (une personne âgée sur quatre l'adapte !), notre rapport aux autres (proches, amis, engagements citoyens...)...

Alors pourquoi ne pas proposer
"une société pour tous les âges" comme thème de label Grande Cause pour l'année 2013 ?
Geneviève Laroque et Maurice Bonnet étaient les fondateurs du collectif du même nom !


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Renaud

10/12/2012 21:12

Grande Cause...toujours ?


Quoi de plus valorisant que de se dire "mon action est reconnue au niveau national" ? Peut-être le fait que mon voisin aille mieux grâce à mon action. Je n'ai rien contre les Grandes Causes Nationales, avec leurs Majuscules obligées; il faut un temps pour tout, y compris pour que les politiques comprennent ce que vous et moi expérimentons au quotidien. Quand j'étais au lycée, le journal trimestriel du bahut était sous-titré : "tout village est mon village, et tout homme est mon frère". Ça n'avait rien d'une cause nationale, et pourtant c'est en reconnaissant dans chaque village mon village, dans chaque homme mon frère, que je peux dire solidarité, humanité, non-discrimination. Alors oui à "une société pour tous les âges" comme Grande Cause, mais pas seulement nationale (aussi dans ton village, ton quartier, ta rue, ton immeuble), et pas seulement en 2013, mais demain, l'année prochaine et les suivantes aussi. Gino, qu'en penses-tu ? Et vous Maurice, que j'ai trop peu croisé, ça vous dit ?




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -