Agevillage

L'Allemagne accusée d'organiser la "déportation" des personnes âgées en perte d'autonomie

Dix mille retraités résident déjà en Hongrie et en République Tchèque


Partager :

Les Allemands âgés et en perte d’autonomie sont-ils victimes de “déportation” comme l’affirme le journal britanniques The Guardian dans son édition du 26 décembre ?
 
Le journal britannique The Guardian, qui se fonde sur les travaux de Sozialverband Deutschland (VdK), un centre de recherche en sociologie et politique, affirme que les coûts élevés des maisons de retraite, la mauvaise qualité des soins, la difficulté de ces établissements à recruter des aides soignantes sont autant de raisons qui incitent les familles à envoyer leurs ascendants âgés et en perte d’autonomie vers des maisons de retraite à bas coût situées dans les pays de l’est ou en Asie.  
 
Sozialverband Deutschland (VdK) a calculé que 7,146 retraités allemands vivent aujourdhui dans des maisons de retraite hongroises, 3 000 autres résident dans des établissements tchèques et plus de 600 en Slovaquie. Le nombre d’Allemands âgés vivant en Grèce, Espagne, Ukraine, Thailande et Philippines est inconnu. "Nous ne pouvons pas laisser ces personnes qui ont contribué à la reconstruction de l’Allemagne être ainsi déportées” a déclaré Ulrike Mascher, présidente de VdK qui a ajouté : "C’est inhumain !”
 
La crise du modèle social allemand – des coûts de maisons de retraite croissants et un service de plus en plus réduit – a longtemps été masquée par l’essor de la prise en charge des personnes âgées dans les anciens pays de l’est. 
 
L’enquête menée par The Guardian montre que beaucoup de personnes âgées ont fait elles-mêmes le choix de l’expatriation pour des raisons financières. Mais un nombre tout aussi important a subi une décision familiale. 
 
L’Office central des statistiques allemand explique de son côté que 400 000 seniors sont dans l’incapacité de payer une maison de retraite et que ce groupe croit de 5% par an. Une maison de retraite allemande coûte en moyenne entre 2,900 € and 3,400 € par mois. Le Krankenkassen, la caisse nationale de retraite allemande, étudie actuellement la possibilité – pour des raisons de coût – d’institutionnaliser l’exportation de personnes âgées en perte d’autonomie comme solution au problème du coût de la prise en charge. 
 
Aujourd’hui, les lois de l’Union européenne bloquent toute tentative des caisses de retraite et d’assurance maladie de passer des accords avec des maisons de retraite situées en dehors de l’Union. Mais cette législation pourrait évoluer pour accélerer la mise en place de réponses rapides à des problèmes démographiques urgents. 


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Malice

22/01/2013 14:01

Les fieux zallemaaannnds Ja


Manger avec un dentier propre ou rouler à 200 km/h en Audi ? Il fût opportun de choisir avant. Parole de David.



gégé19

22/01/2013 12:01

L'argent ?


L'argent ?...c'est le crottin du diable, de tous ceux qui sont ses serviteurs et qui ont réussi à s'infiltrer jusque dans les milieux où règne une très grande misère !!! Je ne savais pas que les Allemands avaient gardé dans leurs cervelles l'idée diabolique et nauséabonde de la déportation, qui plus est de ceux qui ont servi leur pays toute leur vie pour une bouchée de pain ! Pour ceux qui ne croient plus en grand'chose, savez-vous que la plus belle astuce du diable est de faire croire qu'il n'existe pas ? Et pourtant, dans cette société complètement désacralisée, il est présent partout et son meilleur serviteur est la haute finance qui finit d'appauvrir nos aînés, leurs enfants et même leurs petits-enfants ! Sa dernière astuce est, après avoir fini de les dépouiller, de déporter nos parents et nos grands-parents qui ne doivent rien à cette société puisque c'est cette société qui leur doit tout !



Pétard

09/01/2013 13:01

Qui sont les véritables responsables ?


Ceci,malheureusement, ne m'étonne pas. Nous vivons dans un système capitaliste. Beaucoup de ces maisons d'accueil pour personnes agées ne sont que des sociétés privées appartenant à des multinationales pour certains groupes et qui ont à leur tête des actionnaires. Que veut un actionaire ? Rentabiliser son investissement, et pour certains quelles qu'en soient les conséquences car l'argent n'a pas de sentiment. De plus en plus de publicités accrocheuses nous poussent à invertir dans cette branche car il y a beaucoup d'argent facile à faire. Alors pour ceux qui ont déjà investi, pour rentabiliser et éviter l'érosion monétaire, on augmente les prix. Jusqu'où ? Tant qu'il y aura des personnes pouvant payer. Si ce ne sont pas des ressortissants du pays ce sera d'autres nationalités car l'argent n'a pas d'odeur. Si vous investissiez dans ce genre de commerce quelle serait votre réaction si la croissance de vos dividendes n'était pas à deux chiffres ? Le monde n'a plus de frontière financière. Les gouvernements malgré leur bonne volonté n'y peuvent rien ; quoi que ..... Pauvres terriens.



boutouloue

09/01/2013 10:01

dix mille retraités....


J'ai une fille qui réside en Allemagne depuis 15 ans, et je connais "un peu" la mentalité des allemands. Depuis une bonne dizaine d'années, et aussi depuis la fusion de l'ex RDA et de la RFA, les allemands ont fait de gros efforts pour le redressement économique, dont ils récoltent les fruits aujourd'hui.Par contre ils ne préparent pas l'avenir économique et social de leur pays car l'évolution démographique est négative du fait de leur trop faible taux de natalité.Leur gros souci familial est "de ne pas avoir trop d'enfants car çà coûte cher et que les jeunes mères ne veulent pas rester au foyer élever leur nourrissons".De plus, les crêches pour enfants manquent énormément, sans oublier que les formations d'assistantes maternelles pour les jeune couples,et d'aides ménagères pour les anciens sont trop faibles.Le manque de ce personnel spécialisé est compensé par l'utilisation d'un personnel non spécialisé provenant des pays de l'Europe de l'Est payé quelques euros de l'heure et souvent non déclaré! Ce qui se passe aujourd'hui avec les anciens, s'est préparé depuis 10 ou 20 ans. Dans les prochaines année les allemands vont devoir se confronter à de graves problèmes sociaux qu'ils résolveront sans doute avec l'aide des pays partenaires ou non qui auront un solde démographique positif. Bien sûr nous ne pouvons que regretter et déplorer une telle situation que l'on voudrait résoudre en qelques mois ou 2 ou 3 ans, mais qui résultent des choix sociaux des allemands eux-mêmes, et aussi et surtout des décisions politiques de leurs responsables qui remontent à des décennies. Savez-vous qu'avant les années 2040 l'Allemagne sera moins peuplée que la France et peut-être qu'alors l'ordre de la capacité économique sera inversée?. Oui, en conclusion, je regrette que nos responsables politiques(français ou allemands), raisonnent à trop court terme et que les décisions économiques ne tiennent pas suffisamment compte des liens et des équilibres générationnels qui forment un tout. Le raisonnement économique en cloisonnant trop les générations entre elle à mon avis est une grave erreur.La situation de l'Allemagne nous en donne déjà la preuve actuellement et nous le confirmera malheureusement dans les années à venir.



Margot

09/01/2013 09:01

INHUMAIN


Pour moi,il est impensable que l'on puisse même imaginer une telle solution,cela étonne de la part d'un pays qui, soit-disant,trouve tjrs de meilleures solutions que nous.C'est un exil forcé,même si les personnes le choisissent comme pis-aller:qui va les aimer,vérifier que tout se passe bien,les accompagner en fin de vie?




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -