Agevillage

Michèle Delaunay plaide à nouveau pour une régulation du tarif des Ehpad


Partager :

Face à la tension sur le reste à charge des résidents des maisons de retraite et leurs proches, la ministre des personnes âgées et de l'autonomie Michèle Delaunay a plaidé pour une "modération, une régulation des tarifs au regard des amélioration des aides publiques".

Son objectif : qu'aucun résident ne doive quitter sa maison de retraite pour des raisons financières.

La ministre a réaffirmer ce principe des aides publiques contre une modération tarifiaire au congrès du syndicat des maisons de retraite privées commerciales (Synerpa) le 7 juin à Marserille. Elle travaille sur cette question avec plusieurs ministères : la santé, le logement.
Elle veut que cette modération se fasse "en concertation" avec ces professionnels.
Elle veut éviter les "effets d'aubaine".

Michèle Delaunay a rappelé que ces enjeux seraient abordés globalement dans sa grande loi "autonomie/adaptation de la société au vieillissement" annoncée pour fin 2013 avec un déploiement sur le quinquennat.

La tarification des maisons de retraite est des enjeux en lien avec les 3 objectifs de la loi

- Anticipation, prévention de la perte d'autonomie
- Adaptation de la société au vieillissement : parcours de santé, diversification de l'offre de logements, domiciles sécurisés, ouverts sur la vie sociale
- Accompagnement de la fragilité


Voir en images Michèle Delaunay lors du point presse du congrès du Synerpa ce 7 juin 2013 à Marseille

 


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Maison retraite ehpad

20/06/2013 18:06

Priorité à la régulation


Face aux abus actuels de certains gestionnaires de Maison retraite ehpad, la régulation des tarifs serait une priorité absolue.



ADERALD

13/06/2013 21:06

Beaucoup de promesses, tant de travail


comment faire lorsqu'il n'y a pas de retour sur succession,faute de succession que l'obligation alimentaire est au-delà du supportable pour l'obligé, que l'établissement du résidant ne peut bénéficier de l'aide sociale, sans être pour autant luxueux, seulement acceptable, que les économies de la personne très âgée s'épuisent? On vous "place" dans un établissement public. Souvent les m2 sont identiques, la cuisine à peine moins bonne, la différence : l'odeur, celle du "vieux" pas lavé........




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -