Agevillage

De la difficulté de manger un œuf frais en maison de retraite


Partager :

Un dernier œuf à la coque, c'est le titre d'une Tribune de Arnaud DAGUIN, chef cuisinier du Gers dans Libération daté du 6 juin, qui raconte une demande incongrue de Thérèse, quasi-centenaire, résidente d'EHPAD (Etablissement pour personnes âgées dépendantes).

Thérèse, 98 ans, demande au directeur "Philippe" un oeuf à la coque, "Avec une mouillette comme il faut et un peu de sel, et voilà. Avant de nous quitter, elle a envie de ça, de ce souvenir-là, ce jaune et ce blanc, ce gras et ce gélatineux, ce croustillant."

Sauf que Thérèse ne connait pas les normes d'hygiène alimentaire.

"Dans ce genre d’endroit, l’œuf est en Tetra Brick, surtout pas en coquille, c’est meilleur pour la sécurité alimentaire des mourants. Quand j’ai revu Philippe deux jours plus tard, il en pleurait encore".

"Je rêve d’assister un jour à la fronde des vieux, des malades, des enfants dans leurs cantines respectives, et volent les omelettes en bricks !" s'insurge Arnaud Daguin.

L'AD-PA, association des directeurs au service des personnes âgées trouve que Arnaud Daguin a raison : "Trop de règlementations, normes et protections conduisent à des absurdités dans la vie quotidienne des personnes âgées en établissement, comme dans de nombreux autres secteurs".
L'association attend beaucoup de la grande réforme de l’aide à nos aînés, annoncée par le Président de la République.
Au nombre de professionnels à domicile et en établissement à renforcer et aux prix payés par les personnes âgées et leurs familles à domicile et en établissement à diminuer, il faudra aussi rediscuter de toutes ces normes de sécurité alimentaire, sanitaire, ou incendie, très coûteuses et souvent liberticides.

Ndlr : voir l'article de nos experts en nutrition et alimentation  pour utiliser les oeufs en EHPAD (même avec leur coquille et malgré la salmonellose)

 


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

michele

19/06/2013 16:06

Oeufs frais


J'ai une idee d'atelier de cuisine thérapeutique:pouvoir se faire cuire un oeuf!



Isabeille

12/06/2013 17:06

La révolte des oeufs


Je suis sûre que la génération des soixante-huitards saura monter sur les barricades pour exiger la liberté jusque dans leurs assiettes, quand leur tour sera venu (ce sont les prochains sur la liste) d'intégrer les maisons de retraite. En attendant, une bouilloire électrique et un oeuf "passé sous le manteau" par un dealer et hop !



Eh Ben !

12/06/2013 16:06

L'intelligence n'est pas là où elle parait être...


Bon, à mon âge (66 ans) on se dit que notre avenir n'est pas rose, non pas du fait que l'on arrive à la fin de notre vie mais du fait que des c..s vont nous la pourrir, la fin de notre vie !



Mirabelle

12/06/2013 16:06

Histoire d'oeuf


La vie en ehpad c'est bien loin de la vie à la maison, notamment concernant les repas d'où les produits vrais et frais sont exclus même si l'établissement vante la qualité de sa nourriture élaborée par un cuisinier et une diététicienne et comble du luxe on propose parfois aux résidents des ateliers de "cuisine thérapeutique" comme si la cuisine était une maladie !!! Même pas les repas dont le contenu est répétitif et insipide pour retrouver du baume au coeur : les responsables et ceux qui "pondent" des lois stupides devraient au moins prendre quelques repas en maison de retraite avec les pensionnaires et penser un peu plus à la qualité de vie et aux souhaits de ces derniers.



manee

12/06/2013 09:06

Oeufs frais


Arretez de mettre des normes et posez vous la question de la qualité de vie, c'est la seule qui vaille le coup Toutes ces normes nous conduisent à des situations ridicules, les repas servis en EHPAD sont la plupart du temps sans gout sans saveur mais sans GERMES!!!!! Resituons la personne au centre des priorités et mettons en place une analyse réelle du bénéfice et du risque




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -