Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

A 70 ans on est heureux mais on a peur de la « dépendance »

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 15/07/2013

0 commentaires

La vieillesse ne rime pas âge” mais besoin d’aides”

Affiche AG des âgésCe 9 juillet au ministère de la Santé à Paris, Madame Michèle Delaunay, minsitre déléguée chargée des personnes âgées et de l’autonomie lançait l’AG des âgés (AG pour Assemblée générale), pour 30 % de la population qui aura très bientôt plus de 60 ans.

Elle propose d’une marche Fiers de notre âge”, une Age Pride” le 20 octobre prochain.

En tant que baby boomeuse, la ministre a décidé d’incarner la révolution de l’âge, la fierté de l’âge : les vieux, c’est nous !” (Et pas toujours les autres, n’est-ce pas messieurs les politiciens d’un certain âge”, souligne la ministre). 

Assumer son âge, travailler à l’évolution de la société pour mieux répondre aux attentes et besoins, prévenir les handicaps, les maladies… voici les piliers de sa Loi Adaptation de la société au vieillissement” et Autonomie” qu’elle défendra fin 2013. Les papy boomers deviendront plutôt des wifi boomers, au coeur de la Silver économie. A côté des 8% des personnes âgées qui ont besoin d’aide, la ministre veut s’occuper des 92% des âgés qui ont 30 ans d’espérance de vie moyenne à la sortie de la vie professionnelle“

Elle s’appuie sur les résultats d’un sondage de l’institut Viavoice : 9 sur 10 589%) se disent heureux (pour information deux tiers (67 %) chez les jeunes à se déclarer « heureux » à titre personnel selon une autre étude Viavoice).

62% des plus de 70 ans n’ont pas peur de vieillir, 61% ne s’estime pas abandonné ou oublié, 57% pense que l’on peut refaire sa vie.

En revanche, 60% des plus de 70 ans et 70% des 4069 ans ont une forte attente face à la prise en charge jugée actuellement insuffisante.

A 70 ans on aura encore ses parents, ses enfants, ses petits-enfants… Que veut dire l’héritage ? s’interroge la ministre.
Aux Boomers de se responsabiliser, d’anticiper leur vieillissement, leur logement, sinon nous serons vécus comme un boulet que nous ne sommes pas, car les âgés sont la colonne vertébrale de notre cohésion sociale dans les familles, les associations, les villes, les partis politiques” estime la ministre.

Un nombre significatif de 40 – 69 ans accompagnent dans le très grand âge leurs parents ou grands-parents. Ces boomers (ou plus jeunes) ont l’expérience de cet accompagnement. Ils ont besoin de l’aide des pouvoirs publics.
La prévention de la fragilité, des maladies, des déficiences, sera le moteur de la loi que la ministre prépare.
La nouvelle frontière difficile se nomme Alzheimer” estime Michèle Delaunay qui espère le déploiement d’un véritable service public de la grande perte d’autonomie. Même si l’objectif est aujourd’hui encore inatteignable explique-t-elle (voir la vidéo ci-dessous et l’édito Les Soixante-huitards immunisés contre Alzheimer).

Retrouvez Michèle Delaunay qui veut transmettre cette envie et cette fierté de l’âge
lors de la conférence l’AG DES AGES (enjeux financiers de l’aide à la grande perte d’autonomie à 18 minutes de la vidéo)

Partager cet article

Sur le même sujet