Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Alerte 3 canicule dans le Rhône et l'Isère

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 26/07/2013

0 commentaires

Explications du Dr Durand de l’ARS Rhône Alpes

Depuis 2004, les plans canicule s’affinent chaque année avec les professionnels de terrain, explique le Dr Anne-Marie Durand, directrice de la santé publique à l’ARS Rhône-Alpes (Agence régionale de santé). Ce 25 juillet, les départements du Rhône et de l’Isère sont passés en alerte de niveau 3.

Cette année, aux trois niveaux antérieurs est venu se greffer un 4ème niveau. Il renforce le niveau 1 de veille et diffusion de messages du 1er juin au 31 août, le niveau 2 de sensibilisation et vigilance, et le niveau 3 qui concerne les actions de prévention auprès des personnes fragiles : personnes âgées, handicapées, les malades chroniques, les nourrissons, jeunes enfants, travailleurs exposés au soleil et les grands sportifs.

Ce 3ème niveau d’alerte a été atteint dans les départements du Rhône et l’Isère.
Aussi les athlètes du championnat mondial handisport sont-ils particulièrement surveillés et appelés à boire, et à se mouiller. Les épreuves sont décalées dans la journée (tôt le matin), les postes de secours sont renforcés.

Depuis une dizaine d’année, l’ARS a travaillé avec les maisons de retraite pour qu’elles s’équipent d’au moins une pièce rafraichie, qu’elles protègent les baies vitrées (rideaux), qu’elles forment les personnels à faire boire régulièrement malgré la non sensation de soif inhérente au grand âge, à adapter les menus avec des repas froids, le choix de produits gorgés d’eau (melon, pastèque…), à proposer des lingettes humides, l’eau des brumisateurs …
Face aux manques de personnels dénoncés cette semaine par Pascal Champvert président de l’AD-PA, association des directeurs au service des personnes âgées, l’ARS travaille avec les responsables d’établissements et les aident à mieux équilibrer les congés d’été, à financer parfois au cas par cas l’appel à des remplaçants, explique le Dr Durand.

Les actions envers les intervenants à domicile (portage de repas, aides et soins à domicile) ont démarré plus récemment, depuis deux ou trois ans, précise le Dr Durand. Ces actions de formation, de prévention, portent peu à peu leurs fruits.

Parallèlement, l’ARS relance les communes pour qu’elles tiennent des registres des personnes fragilisées. Ladifficulté à convaincre les personnes de se signaler reste réelle, mais petit à petit les choses avancent, constate le Dr Durand.

Quant aux pompes funèbres, elles sont aussi dans la boucle des actions de prévention et de suivi, via l’obligation de signalement auprès des autorités (ARS, préfet) si le nombre de décès augmente. Elles doivent aussi prévoir un équipement renforcé (housses).

En savoir plus sur l’alerte canicule sur le site de l’ARS Rhône Alpes

Partager cet article

Sur le même sujet