Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

20 000 emplois non pourvus en Ile-de-France dans le secteur de l'aide à domicile

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 05/08/2013

0 commentaires
Président de Bien à la maison, Pierre Yves Chamla dénonce dans un communiqué l’inertie des Pouvoirs Publics : 20 000 offres d’emploi en Ile de France ne trouvent pas preneurs dans l’aide à domicile !“

Le secteur représente avec le vieillissement de la population un gisement d’emplois importants, à condition de trouver des professionnels qualifiés et formés pour soutenir les personnes âgées comme leurs aidants familiaux.

Pour remédier à cette situation, il propose aujourd’hui 5 mesures clés :

1. Une politique salariale favorisant l’obtention d’un CDI
Nombre d’entreprises jouent sur la flexivilité pour rester compétitives proposant par là même des emplois précaires (intérim ou CDD).

2. Des plannings qui prennent en compte les disponibilités des aidants professionnels
Les aidants professionnels sont dans la plupart des cas des femmes, souvent mères de famille vivant seules avec un emploi du temps hâché. Il faut adapter les plannings à leurs contraintes.

3. Des rémunérations graduées et évolutives
L’attractivité de ce métier passe par une motivation salariale adaptée aux contraintes du secteur et à la motivation des salariés.

4. Un soutien aux conditions de travail des aidants professionnels
Les aidants professionnels sont quotidiennement confrontés à la maladie, à la fin de vie et à la souffrance des personnes dépendantes.
Ce métier difficile, aussi bien moralement que physiquement, est bien souvent sous-­‐estimé et dévalorisé. Il faut accompagner les aidants professionnels avec des outils adaptés et des espaces d’expression et de concertation

5. Des perspectives d’évolution de carrière
Le Diplôme d’Auxiliaire de Vie (DEAVS) peut être passé en formation simple mais il peut également être obtenu suite à une Validation des Acquis par l’Expérience (VAE) pour les personnes ayant au minimum 3 ans d’expérience dans le domaine.
Les salariés diplômés du DEAVS ont une rémunération supérieure aux salariés sans diplôme.

Partager cet article

Sur le même sujet