Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Tant qu'il y aura des seniors, de Jean-Pierre Wiedmer

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 19/08/2013

0 commentaires

Défense et illustration des qualités du troisième âge

Visuel Tant qu'il y aura des SeniorsCeux qui seraient encore victimes de clichés sur l’inutilité des retraités et des seniors – mais si, mais si, il y en a encore – auront tout intérêt à lire « Tant qu’il y aura des seniors » de Jean-Pierre Wiedmer. Ce banquier surdiplômé fait le point sur le trésor caché de ce groupe social particulier : les seniors. Loin d’être à charge, ces quinquas et plus représentent au contraire un capital économique et social insuffisamment utilisé. 

Jean-Pierre Wiedmer démontre tout d’abord que les idées reçues sur les « seniors à charge » sont le résultat d’une politique de l’emploi particulièrement calamiteuse. Partant de l’idée que l’emploi était une denrée rare, les gouvernements de droite et de gauche se sont échinés, au cours des quarante dernières années, à multiplier les portes de sortie de la vie active pour les salariés de plus de cinquante ans, et cela afin de faciliter l’emploi des jeunes. 

Lorsque ces mêmes gouvernements ont voulu faire machine arrière, les mesures prises ont découragé les entreprises à embaucher des plus de 50 ans. 
En réalité, le maintien dans l’emploi des salariés âgés ne passe pas seulement par de nouveaux textes de loi, mais aussi par une rupture des entreprises avec leurs pratiques de ressources humaines : la rémunération à l’ancienneté qui tend à faire croître le salaire des plus anciens décourage l’embauche des salariés âgés. Ou bien, il serait faux de croire qu’un jeune peut remplacer avantageusement un plus âgé au pied levé. Bref, sans gestion des âges, les entreprises n’ont pas d’avenir.

Bien sûr, le livre passe en revue quelques poncifs : les seniors sont des consommateurs avisés, des bénévoles pleins d’abnégation et des pivots familiaux. Autant de constats véridiques mais qui ne font pas avancer le schmilblic. Ils montrent que les seniors ont déjà conquis une place dans la société. Il manque surtout des pistes qui permettraient d’élargir leurs perspectives d’action en termes de créations d’entreprises et d’activités enrichissantes pour la collectivité comme pour eux-mêmes. Ces pistes existent dans le livre, mais elles ne sont qu’esquissées.

Il serait souhaitable que Jean-Pierre Wiedmer consacre un second ouvrage aux pistes exploitées ici ou là en France, mais aussi à l’étranger. Les idées des autres en matière de créativité sociale des seniors peuvent enrichir utilement notre réflexion et aussi nos pratiques. Des seniors actifs produisent de la richesse et génèrent moins de dépenses de santé.

Tant qu’il y aura des seniors
Jean-Pierre Wiedmer
233 pages — Prix : EUR 17,10
Editions Nouveaux débats publics (20 juin 2013)
Pour commander en ligne
Partager cet article

Sur le même sujet