Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

La dépression touche autant les hommes que les femmes

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 02/09/2013

0 commentaires

Une étude publiée par Jama Psychiatry

Les hommes souffrent de dépression aussi souvent que les femmes, indique une nouvelle étude mais les symptômes sont différents. 
Il semblait acquis que les femmes souffraient deux fois plus souvent de dépression que les hommes. Mais de nouveaux travaux mettent en question cet a priori. Des chercheurs de l’Université du Michigan sont partis de l’idée que, peut être ne posait on pas aux hommes les bonnes questions. Les résultats de leurs travaux ont été publiés dans le Journal of American Medical Association (Jama psychiatry). 

Alors que les femmes pleurent et ont des insomnies, les hommes peuvent manifester leur depression à travers d’autres symptômes comme la colère, l’usage de boissons alcooliques, ou une volonté maniaque de séduction. 

Si l’on tient compte de ces symptômes un peu différents, il apparait que 30% des hommes mais aussi des femmes peuvent souffrir de dépression à un moment de leur vie.

L’étude a porté sur 3310 femmes et 2,382 hommes. Elle représente la première tentative de différencier la dépression selon le genre. 

L’étude a ainsi révélé que les hommes (26,3%) manifestaient plus que les femmes (21,9%) des symptômes de colère, d’abus de substances alcooliques… Avec l’introduction de nouveaux critères, il apparait que les hommes (30,6%) souffrent autant que les femmes de dépression (33,3%).

Les chercheurs préconisent des recherches complémentaires pour mettre au grand jour les symptômes de dépression qui sont ressentis comme tels par les hommes. 

La dépression est une maladie majeure des sociétés développées. Plus de 340 million de personnes souffrent de ce trouble majeur dans le monde et en France la consommation d’antidépresseurs atteint des records. 

Les experts du secteur sont toutefois partagés sur l’idée d’une différenciation de genre dans les manifestations de dépression. D’autant que les symptômes mis au jour – abus d’alcool ou désir forcené de séduction – ne mènent pas automatiquement les hommes à consulter un médecin. 
Partager cet article

Sur le même sujet