Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Un million de britanniques ont vendu leur appartement pour financer leur maison de retraite

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 09/09/2013

0 commentaires

Une étude de la compagnie d’assurance NFU Mutual

Des millions de Britanniques comptent sur l’héritage pour financer leur retraite, mais n’ont pas pris en considération que les soins requis par la mauvaise santé de leur mère – ou de leur père – engendre des coûts qui risquent de dévorer leur héritage, indique la compagnie d’assurance britannique NFU Mutual.

Publiée début septembre, cette étude révèle qu’un Britannique sur sept (15%) a l’espoir d’hériter de ses parents pour financer sa retraite. 

Mais les récentes statistiques immobilières montrent qu’ils feraient bien de chercher une autre solution. Plus d’un million de maisons ont été vendues au cours des cinq dernières années pour financer les soins de personnes âgées et plus de deux millions de personnes âgées ont dû utiliser leurs économies pour financer leur prise en charge.

Par conséquent, trois personnes sur quatre dont les parents ont du aller dans une résidence pour personnes âgées ont vu leur héritage fondre comme neige au soleil. Sean McCann, spécialiste des finances personnelles à NFU Mutual, a déclaré : Les jeunes générations qui comptent sur un héritage pour financer leur retraite risquent d’attendre longtemps. Chacun doit provisionner sa propre retraite plutôt que de tabler sur des biens et des richesses qui risquent d’être grignoté par le coût des soins et de l’impôt sur les successions.”
La recherche menée par NFU Mutual a fait ressortir l’ignorance des Britanniques sur le coût des soins et le poids de l’impôt sur l’héritage. Un tiers des Britanniques (31%) reconnait que ses parents n’anticipent pas le surcoût généré par les soins relatifs au vieillissement et un nombre similaire (32%) admet une profonde ignorance de la fiscalité de l’héritage.
L’association Alzheimer Grande Bretagne a déclaré « Une personne peut avoir à financer des dizaines de milliers de livres par an pour des soins, juste parce que la maladie dont il est frappé se trouve être la maladie d’Alzheimer. Il n’est pas surprenant qu’un million de familles ait vendu leur maison depuis cinq ans. Ces soucis financiers ajoutent un fardeau injuste pour les familles dont un des membres est touché par une maladie neurodégénérative.

« Le gouvernement a commencé à s’attaquer à ces problèmes, mais si nous voulons voir une solution, nous devons aller plus loin que les gestes symboliques et s’assurer que les gens ne sont pas financièrement pénalisés”.
Partager cet article

Sur le même sujet