Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Les âgés appellent moins SOS Amitiés, révèle l'Observatoire des Souffrances Psychiques

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 16/09/2013

0 commentaires
S.O.S Amitié a présenté la semaine dernière les résultats de son Observatoire des Souffrances Psychiques pour l’année 2012 et les premiers mois de l’année 2013.

Il semble d’abord qu’en 2012 le nombre d’appelants ait légèrement baissé (-1,5%). En revanche le temps d’appel a quant à lui augmenté.

Alors qu’en 2011, les hommes étaient plus nombreux à appeler que les femmes (50,3% versus 49,7%), les femmes sont devenues plus nombreuses en 2012 (51% versus 49%).

Les appelants semblent aussi avoir rajeunis. Les appels des ‑de 25 ans (+1,8%) et ceux des 2545 ans (+1.1%), alors qu’ont diminué ceux des 4565 et ceux des plus de 65 ans, passés de 9 à 8%.

SOS Amitiés a ouvert un service de tchat et de messagerie. Si les appels téléphoniques restent les plus nombreux, le tchat et la messagerie permettent de toucher un nouveau public, plus jeune.

Les femmes sont plus nombreuses que les hommes à utiliser la messagerie (3 internautes sur 4) et le chat (presque 23 de femmes pour 13 d’hommes)
Le tchat est surtout utilisé par les ‑de 45 ans (90,6%).

Nous pouvons regretter que l’objet des appels des personnes âgées n’ait pas été analysé. On sait seulement que les hommes (quel que soit leur âge) appellent pour évoquer des souffrances psychiques, la sexualité et la solitude. Les femmes quant à elles parlent plutôt des difficultés familiales, et des questions liées au sentiment.

S.O.S Amitié joue essentiellement un rôle de prévention du suicide. C’est une Fédération de 45 associations régionales regroupant 51 postes d’écoute” téléphonique et l’association d’écoute par internet (messagerie et chat)

En France, 1 500 bénévoles écoutant se relaient 24H/24, 7J/J et 365 jours par an et répondent à 700 000 appels. Par sa disponibilité permanente, S.O.S Amitié tient une place essentielle dans notre société et auprès des personnes en état de crise suicidaire.

Partager cet article

Sur le même sujet