Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Quel bilan pour l'ARDH, l'aide au retour à domicile après hospitalisation ?

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 16/09/2013

0 commentaires

Le montant moyen de l’aide est de 1050 euros

La prévention de la perte d’autonomie et le maintien à domicile sont un enjeu majeur, aujourd’hui comme demain. Les aides après hospitalisation rentrent dans cette catégorie. L’ARDH, l’aide au retour à domicile après hospitalisation, est une aide de la Cnav pour les plus fragiles des retraités. La revue Cadr@ages fait le point.
Au total, environ 400 000 personnes bénéficient chaque année des aides de l’action sociale de l’Assurance retraite, 
pour un budget annuel d’un peu plus de 400 millions d’euros.

Sur ces 400 000 personnes, 37 025 retraités ont eu recours à l’Aide au retour à domicile après hospitalisation (ARDH) en 2011. Cette allocation avait été pensée pour aider les plus fragiles des retraités tant au plan financier que médical. Les allocations peuvent être utilisées comme une aide aux repas, aux transports ou à l’amélioration du logement.
L’éligibilité à l’ARDH requiert de résider en France, d’avoir au-moins 55 ans et d’être retraité du régime général à titre principal. Il faut aussi relever des GIR 5 à 6 à l’issue de la période d’hospitalisation et ne pas bénéficier de certaines aides spécifiques. 
La note de la revue Cadr@ges révèle que 80 % des bénéficiaires sont des femmes (29 420), soit un chiffre bien supérieur au taux de 55 % de femmes pour l’ensemble des retraités du régime général. 
Le montant moyen de l’aide est de 1050 euros, le reste à charge pour le bénéficiaire étant de 375 euros.
Ces personnes sont plus fragiles que la moyenne des retraités tant au plan économique que de la santé. Ces retraités ont connu au cours de leur carrière des périodes fréquentes d’arrêt pour maladie et invalidité. A un âge avance, ils ont donc besoin d’une assistance plus importante que la moyenne des autres. 
Depuis avril 2012, l’Assurance retraite propose un autre dispositif d’action sociale pour aider les retraités en situation de rupture (Asir : aide aux retraités en situation de rupture). Cette nouvelle offre, dont le montant maximal et la durée sont identiques à ceux de l’ARDH, s’adresse principalement aux personnes qui se retrouvent brutalement en grande difficulté après le décès d’un proche ou l’entrée du conjoint en institution. 
La note estime qu’avec le nombre croissant de personnes âgées dans les années à venir, ces aides engagées par l’action sociale de l’Assurance retraite sont amenées à se développer. 
Partager cet article

Sur le même sujet