Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Film NE M'OUBLIE PAS de David Sieveking sur la maladie d'Alzheimer et le rôle des aidants familiaux

Auteur Rédaction

Temps de lecture 4 min

Date de publication 20/09/2013

0 commentaires

En salles à partir du 25 septembre 2013

Film ne m'oublie pasRécompensé dans de nombreux festivals internationaux prestigieux, NE M’OUBLIE PAS est un film dans lequel le réalisateur, David Sieveking, filme tout en justesse et délicatesse sa mère, Gretel, atteinte de la maladie d’Alzheimer.

L’histoire
Septuagénaires paisibles vivant non loin de Hambourg, Gretel et Malte, son mari, ont vécu les années soixante de manière très engagée –au point d’être fichés et surveillés par les autorités suisses, à l’époque où Malte enseignait à l’université. Couple indépendant, ils s’autorisaient par ailleurs ouvertement des aventures extra-conjugales tout en menant une vie de famille ordinaire et unie, forte de trois enfants !
Jusqu’au jour où, le soir du réveillon de Noël, Gretel sert en guise de repas une simple soupe et oublie les cadeaux…
David, le benjamin, décide alors de faire un film pour faire durer les souvenirs le plus longtemps possible…

Autour de la personnalité pleine d’humour et de charme de Gretel, David Sieveking réalise un film singulièrement touchant, où tendresse et optimisme sont au rendez-vous chez cette drôle de famille qui se redécouvre dans l’épreuve. Un véritable hymne à la vie et à l’amour qui s’adresse à un large public ‑familial et engagé tout à la fois- et permet de sensibiliser tout un chacun à la maladie d’Alzheimer, et plus généralement au rôle des aidants familiaux.

Sortie en salles : le 25 septembre

- lundi 14 octobre à 20h : à Paris au Saint-André-des-Arts

- samedi 19 octobre à 11h : à Rouen à l’Omnia République

- dimanche 20 octobre à 11h : à Rouen à l’Omnia République

- lundi 28 octobre à 20h : à Avignon à l’Utopia

- mardi 12 novembre à 20h30 : à Bordeaux à l’Utopia

- lundi 18 novembre : à Auch au Ciné 32 (horaire à confirmer)


Dates des diffusions (avec ou sans débat), rendez-vous sur : http://​nemoubliepas​-lefilm​.com/​o​u​-​v​o​i​r​-​l​e​-​film/ ou sur la page Facebook du film : www​.facebook​.com/​N​M​O​P​.​l​efilm

Lors de l’avant-première à Paris, David Sieveking a expliqué qu’il s’était interrogé tout le long du tournage pour montrer des réalités parfois difficile mais avec l’aval implicie de sa mère. Il a voulu ce film pour pouvoir rester un long temps auprès de sa mère. Les images, la réalisation, le montage lui ont aussi permis de prendre du recul. Gretel ne pouvait dire si le film lui plaisait mais elle manifestait de la joie d’être entourée. David Sieveking imaginait que le film aurait des tonalités tristes, reflet des pertes, de la dépendance. Le résultat est différent, on y ressent beaucoup d’amour et de tendresse. La maladie mais aussi la grâce et le charme de Gretel ont rapproché physiquement les membres de la famille. Comme par miracle, sourit David Sieveking.
Il nous a raconté les difficultés rencontrées sur le chemin de l’accompagnement comme l’appel à des agences d’aides à domicile étrangères pour 1700 euros/​mois, quand cela coûte dix fois plus de faire appel à des professionnels allemands. Ou cette maison de retraite où Gretel se sentait bien. Elle aimait la compagnie des autres malades, leurs regards sans attentes, sans jugement sur ses capacités. Mais son prix à 4000 euros par mois a été dissuasif. David Sieveking nous a expliqué à quel point il n’est pas facile de trouver le juste équilibre entre activités à proposer à la personne malade et la laisser faire. Gretel aurait parfois aimé rester couchée jour et nuit. Rester ouvert, imaginatif, compréhensif est parfois épuisant.
Malgré l’heure qu’il se réservait par jour pour ses acivités propres (mathématiques, jardinage), le père de David s’était ainsi épuisé à vouloir incarner le héros-aidant. Il a fait une dépression après le décès de Gretel mais va mieux, avec sa nouvelle compagne.
David Sieveking est très touché de l’accueil de son film partout en Europe. Son message positif, doux, sobre et juste est unanimement salué, notamment par Mme Desana présidente de France Alzheimer.

Découvrez la bande-annonce : www​.nemoubliepas​-lefilm​.com.

Enfin, pour les personnes à mobilité réduite ou n’ayant pas accès aux salles diffusant le film, celui-ci sera disponible en vidéo à la demande sur internet sur Orange et sur le site du film, 1 euro par téléchargement étant reversé à cette occasion à la formation des aidants. Plus d’infos sur le site du film !

Agevillage, partenaire de ce documentaire

Agevillage a accepté d’être partenaire de ce documentaire qui propose un regard singulier mais juste sur la maladie. La vie de famille est altérée mais le benjamin cherche à capter ce qui continue à le relier à sa mère.

Le désarroi et la solitude y sont clairement exprimés. Le manque de formation des professionnels aussi. Et que dire de cette aide à domicile lithuanienne qui explique qu’une personne âgée, c’est comme un enfant avec qui il faut toujours être d’accord. D’une certaine manière, elle a raison. Elle est dans la considération. Elle la regarde, lui parle, l’accompagne doucement, prend soin d’elle mais elle ne connaît rien de cette maladie, de ses effets ou de ses symptômes.

Ce documentaire est plein d’humour et de tendresse. une jolie réflexion sur la famille, la place des aidants familiaux, le couple vieillissant et le regard que porte la société sur cette maladie.

A voir !

Partager cet article

Sur le même sujet