Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

32 millions de dollars issus du budget fédéral américain pour un essai clinique contre la maladie d'Alzheimer

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 23/09/2013

0 commentaires

Tester une molécule pour reculer l’entrée dans la maladie

Le gouvernement fédéral des Etats Unis a attribué l’un de ses plus gros financements à une expérimentation clinique sur des personnes en bonne santé susceptibles de développer la maladie d’Alzheimer.
Une aide de 33,2 millions de dollars (25 millions d’euros) a été attribuée par le gouvernement fédéral américain à une équipe médicale dont le but est d’expérimenter un médicament sur des personnes hautement prédisposées à la maladie d’Alzheimer, mais dont les symptômes ne sont pas encore avérés. 

L’idée des chercheurs est d’approcher le traitement des patients Alzheimer avec une stratégie similaire à celle utilisée pour les malades cardiaques : prévenir ou reculer l’entrée du patient dans la maladie.

Les patients éligibles à l’essai clinique auront entre 60 et 75 ans, pas de symptôme apparent de la maladie d’Alzheimer, mais tous auront pour particularité d’être dotés de deux copies du gène ApoE4, connu pour jouer un rôle dans la maladie d’Alzheimer.

Toutes les études confirment que le gène ApoE4, quand il est hérité du père et de la mère, représente un risque deux fois plus élevé de développer la maladie d’Alzheimer. Les symptômes de perte de mémoire se produisent également plus tôt chez ces patients (68 ans environ). Les porteurs d’un gène ApoE4 unique (un seul parent), ne seront que 10% à développer la maladie.

650 patients avec deux gènes ApoE4 seront sélectionnés et divisés en deux groupes, l’un recevra une molécule médicamenteuse et le second groupe un placebo. 
Un quart de la population est dotée du gène ApoE4, et 3% seulement porte un double gène.
La molécule qui sera testée n’a pas encore été choisie, mais elle le sera parmi celles qui sont supposées jouer un rôle contre la formation des plaques amyloïdes, caractéristiques de la maladie d’Alzheimer.

L’expérimentation débutera en 2015 et devrait coûter 100 millions de dollars. Le reste du financement devrait être apporté par l’industrie pharmaceutique. Les outils les plus récents seront mobilisés pour mesurer l’action de la molécule sur la mémoire et évaluer les transformations possibles du cerveau. 

De plus en plus, les expérimentations cliniques se focalisent sur des populations de patients en bonne santé mais dont les risques de développer la maladie d’Alzheimer sont élevés. Une étude sur une sous-population colombienne connue pour son appétence à une forme de maladie neurodégénérative proche d’Alzheimer devrait débuter en 2014. Le médicament testé sera le crenezumab, un anticorps monoclonal de Genentech. 

Le solanezumab, un autre anticorps monoclonal, devrait être testé prochainement sur les patients qui ont déjà des plaques amyloïdes sur le cerveau, mais dont les fonctions cognitives ne sont pas encore altérées. 
Partager cet article

Sur le même sujet