Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Etude HSBC sur les retraites : les Français sont ils des cigales ?

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 23/09/2013

0 commentaires

Une majorité préfère épargner pour les vacances plutôt que pour les retraites

Le programme Future of retirement” (avenir des retraites) de la banque HSBC est une étude de renommée mondiale. Celle qui vient d’être publiée est la septième consécutive. Pour la France, les principaux résultats sont les suivants : 

-Les trois-cinquièmes (59 %) des Français sont conscients qu’ils ne se préparent pas comme il faut sur le plan financier pour espérer bénéficier d’une retraite confortable : 36 % ne préparent pas du tout leur retraite et 23 % pas suffisamment.
- Ils s’attendent à ce que leur espérance de vie excède l’espérance de vie de leur épargne car ils jugent en moyenne que leur retraite durera dix neuf ans contre neuf ans seulement pour leur épargne.
- Un Français, en moyenne, considère que 57 % de ses revenus à la retraite lui proviendront de l’État et, pour ceux qui anticipent plusieurs sources de revenus, le régime de retraite obligatoire reste la source la plus importante.
- Dans la mesure où les Français souhaitent un revenu pour la retraite égal à plus des quatre cinquièmes (82%) de celui qu’ils touchent pendant leur vie active, on observe une confiance excessive dans les prestations sociales, qui pourtant s’amenuisent.
- Ils comprennent l’importance de préparer leur retraite tôt dans la vie : en moyenne, ils perçoivent l’âge de 39 ans comme la dernière limite pour commencer à la planifier financièrement – un âge qui selon eux leur permettra de conserver leur niveau de vie pendant leur retraite. 
- Les Français tendent à privilégier l’épargne à court terme, en prévision de vacances par exemple, plutôt que des objectifs à plus long terme, comme la retraite. Quand on les interroge sur ce qu’ils feraient s’ils devaient choisir entre ces deux options pour épargner pendant une année, 47 % choisissent les vacances et 39 % la retraite.
- Ils commencent cependant à comprendre l’importance de leur responsabilité individuelle dans la planification de leur retraite et de leur épargne. Les principales motivations sous-jacentes à l’épargne retraite sont : « Je souhaite avoir un bon niveau de vie pendant ma retraite » (37 %) et « L’État ne me fournira pas une retraite suffisante » (32 %).
- Il existe un lien solide entre la planification financière et le niveau plus élevé de l’épargne chez les participants ayant des revenus moyens. Dans ce groupe, ceux qui s’engagent dans une démarche de planification financière, formelle ou informelle, ont une épargne retraite deux fois plus élevée que les autres. Les femmes qui font appel aux conseils de professionnels sont aussi plus aisées financièrement, mais ceci n’est pas corroboré chez les hommes.
Partager cet article

Sur le même sujet