Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Bientraitance : un colloque historique

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 24/09/2013

0 commentaires

Photo colloque bientraitance 17 septembre à EvryA la pointe de l’innovation technologique, notre département est également pionnier en matière d’innovation sociale. Chargé des personnes âgées, le Conseil général multiplie les initiatives au service du bien vieillir.

Dernière illustration en date le 17 septembre au Génocentre d’Evry avec le colloque national sur la bientraitance des personnes âgées, qui a fait salle comble.
Dans l’assistance, un sourire chaleureux sort du lot. C’est celui de Paulette Guinchard. L’ancienne secrétaire d’Etat aux Personnes âgées qui créa l’Allocation personnalisée d’autonomie (Apa) est là en tant que présidente de la Fondation nationale de la gérontologie. Comme elle, 650 professionnels de la santé et du médico-social viennent plancher sur la bientraitance des anciens.
Une nécessité alors que l’actualité fourmille d’histoires sordides. Manque de patience, absence de bienveillance, carence d’humanité… Autant de facteurs visibles et invisibles à l’origine d’un fléau dénoncé par le Conseil général dès 1999, dans une campagne tonitruante.

colloque essonne 2Jérôme Guedj, le président du Conseil général se souvient : « J’étais alors vice-président chargé des solidarités. Il a fallu batailler pour imposer cette affiche. Montrer deux gamelles sur un carrelage, l’une au nom du chien de la famille et l’autre au nom de Mamie’ n’était pas politiquement correct. Après avoir dénoncé la maltraitance, il est l’heure maintenant, alors qu’on entre en pleine transition gérontologique d’avoir un discours plus positif et de promouvoir la bientraitance.»

Les premiers intervenants n’ont que faire du glissement sémantique. 
Bernard Duportet, président d’Habeo (Handicap âge bientraitance écoute orientation) revient sur les étapes clés des treize ans de partenariat avec le département : plan d’actions, premier centre d’écoute téléphonique…
« Grâce au 39 77, depuis 2008, près de 34 000 dossiers contenant des signalements ont été ouverts », rappelle-t-il.
Robert Moulias, le président d’Alma poursuit : « Nous devons aller plus loin pour prévenir les comportements maltraitants. »
Les deux co-présidents de la Confédération de lutte contre la maltraitance créée en juin dernier laissent la place à Michèle Delaunay : « Il est essentiel de construire une culture de la bientraitance, annonce la ministre des Personnes âgées et de l’Autonomie. Dans dix ans, l’hexagone comptera 30% de plus de 60 ans et plus dont l’espérance de vie aura progressé grâce aux avancées médicales. La future loi sur l’autonomie et l’adaptation de la société au vieillissement s’emploiera à anticiper cela.»

C’est Marie-France Maugourg, gériatre à Champcueil qui prend ensuite le relais pour présenter le Pôle autonomie santé et information (Pasi) : « Ce dispositif fait de l’Essonne un département pilote en matière gérontologique. On avait affaire à un millefeuille administratif impossible à coordonner. Nous avons réussi à créer un véritable réseau gériatrique.»

Le médiatique président de l’AD PA, Pascal Champvert, souligne l’importance de la formation et évoque aussi le manque de personnel.
Paulette Guinchard saisit la balle au bond : « C’est vrai, les moyens manquent. Cependant, de grands progrès ont été réalisés sur l’accompagnement des personnes âgées, en dix ans. Vous construisez une autre façon de voir l’allongement de la vie basée sur le respect de la personne âgée. Vous pouvez en être fiers !».
Partager cet article

Sur le même sujet