Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Une mutation génétique liée à Alzheimer accélère le déclin cérébral

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 21/10/2013

0 commentaires
Les porteurs d’une certaine mutation génétique liée à Alzheimer développeraient la maladie trois ans plus tôt que la moyenne car la perte de leurs cellules cérébrales est bien plus rapide, révèle mercredi une étude relayée par l’AFP.

Chez les sujets porteurs de cette variation génétique TREM2, nous n’avons jamais constaté un rythme aussi rapide de perte des tissus dans le cerveau”, indique Paul Thompson, professeur de neurologie et de psychiatrie à l’Université de Californie du Sud, principal auteur de la recherche parue dans la revue américaine New England Journal of Medicine du 17 octobre.

Les sujets sains perdent moins d’un pour cent de leur matière cérébrale par an. Cette perte est compensée en partie par une régénération des neurones
résultant de la stimulation mentale, explique-t-il.

Les symptômes de la maladie d’Alzheimer commencent à se manifester quand environ 10% des tissus cérébraux ont été détruits, relève le chercheur.

Cette mutation dont la découverte avait été annoncée en janvier 2013, accélère la perte des tissus cérébraux à un rythme incroyablement rapide. Les
personnes porteuses, environ 1% de la population, perdent 3% de leurs neurones par an, ajoute-t-il.

Les auteurs de l’étude ont comparé les IRM (imagerie par résonance magnétique) de 478 adultes d’une moyenne d’âge de 76 ans pendant deux ans en
Amérique du Nord. Ce groupe se composait de 283 hommes et de 195 femmes.

Une centaine de participants étaient atteints de la maladie d’Alzheimer, 221 souffraient de légers problèmes cognitifs et 157 étaient en bonne santé. Ils ont observé que les porteurs de la mutation génétique TREM2 avaient perdu de 1,4 à 3,3% supplémentaires de leur tissu cérébral à un rythme deux fois plus rapide que ceux qui n’avaient pas cette variation de ce gène.

Les pertes étaient surtout concentrées dans le lobe temporal et l’hippocampe, des zones jouant un rôle important dans la mémoire.

Cette mutation du gène TREM2 semble multiplier par trois ou quatre le risque de développer la maladie d’Alzheimer. Cela devrait aider à recruter des
personnes porteuses pour mener des essais cliniques afin d’évaluer des traitements potentiels et cela pourrait permettre de parvenir plus rapidement
à des résultats tangibles”, selon le Dr Thompson.

La maladie d’Alzheimer affecte 36 millions de personnes dans le monde dont 5,5 millions d’Américains. Ce nombre pourrait atteindre 13,8 millions en 2050 aux Etats-Unis sous l’effet du vieillissement de la population.

Partager cet article

Sur le même sujet