Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Mieux dépister l'ostéoporose pour réduire les risques de fracture

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 21/10/2013

0 commentaires

Visuel aflarLe 15 octobre dernier, l’AFLAR, Association Française de Lutte Anti-Rhumatismale, a voulu attirer l’attention des pouvoirs publics sur la situation de milliers de femmes françaises victimes d’ostéoporose. Le but : faire de la prévention et améliorer le dépistage.

Cette maladie qui touche 2 à 3 millions de Françaises, soit 1 femme sur 3, se traduit par une perte progressive de la qualité et de la quantité d’os. Silencieuse, jusqu’à la première fracture, en général le poignet mais cela peut aussi être le col du fémur, cette pathologie montre pourtant un bon diagnostic dès lors qu’elle est prise en charge suffisamment tôt.





Dr Laurent Grange, président de l’AFLAR

La prévention de l’ostéoporose, une urgence pour les femmes




Pour alerter l’opinion publique et sensibiliser les femmes, l’AFLAR organisait un flash mob devant l’Assemblée ntaionale. L’idée : faire du bruit autour d’une maladie silencieuse.

Des os plus forts pour des femmes plus fortes

Hermine de Clermont-Tonnerre, marraine de l’événement
Une femme sur trois est concernée par l’ostéoporose




Des os brisés pour des images chocs



Partager cet article

Sur le même sujet