Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Selon la Fepem, 60 000 emplois à domicile pourraient retourner au travail au noir

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 18/11/2013

0 commentaires

La Fepem réclame un nouvel allègement de charges

Logo fepemMarie-Béatrice Levaux, présidente de la Fédération des particuliers employeurs (Fepem), affirme dans le Figaro du 13 novembre, que les services à domicile pourraient perdre plus de 60 000 emplois déclarés en équivalent temps plein en 2013.

« Les hausses de charges décidées
par les différents gouvernements » seraient la cause de ces suppressions d’emploi. En moins de trois ans, le coût de l’emploi à domicile a augmenté de 12 % ! 

En fait, les ménages auraient immédiatement opté pour le travail au noir, estime Marie-Béatrice Levaux. Selon la présidente de la Fepem, les heures déclarées ne cessent de reculer depuis 2011, date à laquelle le gouvernement Fillon a supprimé l’abattement de cotisations sociales de 15 points attaché au régime dit « au réel ». 

Le recul du travail déclaré s’est ensuite accéléré début 2013, quand le gouvernement Ayrault a supprimé les charges « au forfait ». L’allégement de cotisations sociales de 0,75 centime d’euro par heure travaillée n’aurait pas compensé les surcoûts engendrés par la fin du forfait.

Du coup, les ménages doutent du maintien des avantages fiscaux liés à l’emploi à domicile. 

Pour y parer, la Fepem demande le doublement de l’allégement de charges, à 1,50 euro par heure travaillée. Coût pour les finances publiques ? Environ 150 millions. 

Au premier trimestre, la baisse du volume d’heures déclarées dans l’emploi à domicile a atteint 8 %.
Partager cet article

Sur le même sujet