Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Vieillir: le défi des homosexuels et des personnes séropositives

Auteur Rédaction

Temps de lecture 3 min

Date de publication 02/12/2013

0 commentaires

Les propositions des associations seront intégrées à la loi sur le vieillissement

Précarité, isolement, discrimination : pour les personnes homosexuelles ou séropositives, vieillir pose des difficultés particulières que le gouvernement promet de prendre en compte dans sa politique du vieillissement et de l’autonomie.

A quelques jours de la journée mondiale de lutte contre le sida
organisée dimanche, la ministre déléguée aux Personnes âgées Michèle Delaunay a affirmé mercredi que le gouvernement devait tout faire pour accompagner” dans le vieillissement les personnes lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels (LGBT) et séropositives, nombreuses, spécifiques et parfois écorchées”. 

Missionnés par la ministre, le Groupe SOS, gestionnaire de services et établissements pour personnes âgées, les associations SOS Homophobie et Aides lui ont remis un rapport assorti de 23 propositions pour améliorer les conditions de vieillissement de la communauté.

Les associations suggèrent par exemple d’adapter la formation et l’accueil en établissement pour personnes âgées, d’y offrir du matériel de réduction des risques sexuels ou de lever l’interdiction des soins funéraires au motif de l’infection par VIH ou hépatite.

Le rapport demande aussi la création de maisons de retraites homosexuelles, car certains craignent d’être confrontés encore aux LGBTphobies, à la sérophobie, aux stigmatisations et jusqu’au bout ne pas pouvoir s’épanouir dans l’âge” dans un établissement classique.

Nous pourrions les expérimenter, cette question va être discutée”, a commenté la ministre.

Les propositions des associations seront intégrées à la concertation, lancée vendredi par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, sur la future loi d’orientation et de programmation pour l’adaptation de la société au vieillissement”, a indiqué Mme Delaunay.

Selon ce rapport les personnes LGBT vieillissantes et séropositives sont victimes de discriminations à plus d’un titre”: homophobie, sérophobie, âgisme… La peine est donc particulièrement lourde” pour cette population.
L’épidémie a largement contribué à précariser les personnes face à l’emploi” (arrêts maladie, invalidité, chômages …), d’après les associations qui demandent à neutraliser les effets des parcours professionnels fractionnés (…) sur le calcul de la pension de retraite”.

Interrogées sur les ressources dont elles pensent pouvoir disposer à la retraite, 29,5% des personnes de plus de 50 ans atteintes par le VIH ont répondu le minimum vieillesse/​ASPA, selon l’enquête VIH hépatites et vous2010 réalisée par Aides auprès de 2.356 personnes, dont 1.067 vivant avec le VIH.

A la même question, 17,9% ont répondu retraite à taux partiel” et 4,1% comptent sur l’aide d’un proche, preuve d’un fort isolement”, analyse l’association. 

L’enquête révèle que 62,6% des séropositifs de plus de 50 ans vivent seuls, 27,9% avec un partenaire ou conjoint.
Entre 10.000 et 11.000 personnes de plus de 60 ans vivent avec le VIH en se sachant séropositif, selon la direction générale de la santé (DGS, ministère de la santé).

En 2010, 6.300 personnes ont découvert leur séropositivité, la quasi-totalité d’entre elles s’étant contaminées par voie sexuelle selon les derniers chiffres de l’Institut de veille sanitaire (InVS). Le nombre de découvertes chez les hommes contaminés par rapports sexuels entre hommes est en hausse, à 2.500 découvertes.

Au 31 décembre 2010, près de 85.000 personnes ont développé le sida en France depuis le début de l’épidémie (19812011), selon InVS.

A l’image d’Alain Bonnineau, 53 ans, contaminé par le VIH en 1986 : Je n’arrivais pas à concevoir d’avenir, tu ne fais rien en terme de projet (avec le sida, NDLR), rien sur la carrière, pas de projet de maison, pas idée d’avoir une famille”.

Après un parcours complexe”, sa vie chahutée” a changé avec l’arrivée des traitements. Aujourd’hui il peut se projeter et, en couple depuis une quinzaine d’année, il se marie en décembre.
Partager cet article

Sur le même sujet