Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Silver économie : deux outils pour mobiliser l'épargne des plus âgés

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 09/12/2013

0 commentaires

Créer le viager intermédié partiel et un livret argenté

Le commissariat général à la stratégie et à la prospective inclut une réforme du viager et de l’épargne liquide des plus âgés dans le financement de la silver economie
Dans un rapport consacré à la « silver économie, une opportunité de croissance pour la France », le Commissariat général à la stratégie et à la prospective analyse plusieurs pistes de réforme pour débloquer l’épargne des plus de 60 ans afin de l’orienter vers des objectifs qui renforcent la croissance. 

Deux outils sont imaginés pour débloquer de l’épargne : le viager et la création d’un nouveau livret d’épargne.
  • Le viager intermédié partiel (VIP)
Le viager est actuellement peu sollicité, tout d’abord parce qu’il est synonyme de décès et d’abandon de son bien. Ensuite parce que les investisseurs considèrent que les gains de longévité des aînés représentent un risque important : ils auraient à payer une rente importante sur un nombre d’années incalculable à priori. Néanmoins, des chercheurs réfléchissent à une réforme qui permettrait au vendeur en viager de financer lui-même l’adaptation de son habitat aux nouvelles conditions créées par le vieillissement sans solliciter des aides publiques remboursables ou non sur la succession. Certains économistes proposent ainsi la mise en place d’un VIP (Viager intermédié partiel) qui permettrait à la personne âgée de ne vendre qu’une partie de son appartement ou de sa maison. Les héritiers ne sont pas intégralement privés d’héritage puisque, à la mort du vendeur, ils se retrouvent co-propriétaires du bien avec un organisme financier. Mais l’avantage de la formule est de libérer des fonds qui trouveraient à se dépenser dans le circuit économique et à générer de la croissance.

Bien entendu, l’investisseur ne serait pas un autre particulier mais un organisme financier qui accepterait de porter le risque de longévité du vendeur et de le mutualiser sur plusieurs opérations. Le rapport propose d’agir par une expérimentation locale ou régionale pour tester la formule.
  • Le Livret argenté
Les personnes âgées n’ont pas accès facilement au crédit et certains disposent d’une épargne abondante qui demeure liquide et ne bénéficie pas au financement de l’économie. Le rapport propose donc de créer un Livret argenté, mieux rémunéré que les livrets actuels, mais dont les fonds seraient bloqués à 80% sur la durée. Le déposant qui accepterait de transformer son livret A en livret argenté n’aurait plus accès qu’à 20% de la liquidité à tout instant, et ne pourrait procéder à des déblocages sans pénalités qu’en cas du décès d’un conjoint, de perte d’autonomie, de chômage des enfants…
Si le déposant veut financer des travaux d’adaptation de son logement, il se verrait proposer toute une gamme de crédits garantis par l’épargne du livret argenté. 
Les deux propositions prennent veulent agir sur le fait que l’épargne est aujourd’hui entre les mains des plus âgés et que cet argent –qu’il s’agisse du patrimoine immobilier ou de l’épargne liquide – doit circuler pour profiter à la collectivité. La France est devenue un pays ou l’Etat est pauvre et les citoyens âgés sont considérés comme des riches qui conservent trop frileusement pour eux le produit de leur épargne. 
Partager cet article

Sur le même sujet