Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Morts imputées à des soignants en milieu hospitalier : les principales affaires en Europe

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 16/12/2013

0 commentaires

L’euthanasie avant l’heure

Rappel des principales affaires de morts imputées à des soignants en milieu hospitalier ou dans des maisons de retraite survenues en Europe au cours des 10 dernières années :
- 12 décembre 2013 (FRANCE) : une aide-soignante d’une maison de retraite près de Chambéry (Savoie) est mise en examen pour six empoisonnements et trois tentatives d’empoisonnement sur personnes vulnérables. Selon le parquet, elle a administré un cocktail de psychotropes” à neuf pensionnaires, qui n’étaient pas en fin de vie”. L’aide-soignante affirme avoir voulu soulager leurs souffrances”, sans parler d’euthanasie.
- 16 octobre 2013 (FRANCE): Nicolas Bonnemaison, médecin urgentiste de l’hôpital de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), est renvoyé aux assises pour l’empoisonnement de sept patients en fin de vie, des actes qu’il a assumés, estimant qu’il devait mettre fin à des souffrances extrêmes.
- 2 avril 2010 (BELGIQUE): Kurt Dobbelaere, infirmier de 45 ans, est condamné à la perpétuité par la cour d’assises de Gand pour avoir assassiné quatre retraités par injection d’insuline et avoir tenté d’en tuer une autre dans une maison de repos. Selon son avocat, l’infirmier entendait des voix” le poussant à commettre des assassinats”.
- 29 juin 2007 (ALLEMAGNE): une infirmière allemande de 55 ans, Irene B., est condamnée à Berlin à la prison à perpétuité pour avoir tué cinq de ses patients en leur injectant une surdose de médicaments. Un acte qu’elle a justifié en affirmant qu’elle voulait abréger leurs souffrances.
- 20 novembre 2006 (ALLEMAGNE): un infirmier allemand de 28 ans, Stephan Letter, surnommé l’ ange de la mort”, est condamné à Kempten (sud) à la prison à perpétuité pour avoir tué 28 personnes par injection de médicaments dans une clinique des Alpes bavaroises. Il affirme avoir voulu les délivrer” de leurs souffrances.
- 22 février 2006 (ALLEMAGNE): Michaela G., ancienne aide-soignante de 27 ans, est condamnée à perpétuité par le tribunal de Bonn pour avoir causé la mort de neuf femmes âgées entre 2003 et 2005 dans un hospice de la région. Elles les aurait tuées dans certains cas parce qu’elles l’auraient énervée, dans d’autres parce qu’elles lui auraient inspiré de la pitié.
- 28 janvier 2005 (SUISSE): Roger Andermatt, aide-soignant de 36 ans, surnommé l’infirmier de la mort”, est condamné par le tribunal pénal de Lucerne à la prison à perpétuité pour l’assassinat ou tentative d’assassinat de 27 personnes âgées. Il fait valoir qu’il a agi par compassion et surmenage.
- 15 octobre 2003 (FRANCE): Christine Malèvre, infirmière à l’hopital de Mantes-la-Jolie (Yvelines) est condamnée à douze ans de réclusion criminelle pour l’assassinat de six de ses patients. Elle revendique pour sa part des gestes euthanasiques” envers des malades incurables.
- 29 septembre 2003 (ALLEMAGNE): Mechthild Bach, une cancérologue de Langenhagen, en banlieue de Hanovre, est soupçonnée d’avoir tué 76 patients depuis 2001, par injection de doses massives de morphine. Finalement jugée pour 13 meurtres, elle se suicide le 25 janvier 2011 pendant son procès, au cours duquel elle nie avoir voulu tuer ses patients et affirme n’avoir fait que les soulager de leurs douleurs pendant leur agonie.
Partager cet article

Sur le même sujet