Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Un mauvais éclairage domestique explique souvent une déficience visuelle chez les seniors

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 06/01/2014

0 commentaires

Une étude américaine publiée au Jama

L’examen oculaire des personnes âgées révèle de fortes différences d’acuité visuelle selon que le test est mené à domicile ou au cabinet de l’ophtalmologiste, indique une étude américaine. Ces écarts dans la qualité de la vision s’expliquent par une meilleure qualité de l’éclairage au cabinet du médecin. 
Des seniors qui affichent une vision parfaite — 20/20 - au cours d’un examen ophtalmologique pourraient souffrir de difficultés de perception à domicile. Une étude menée par des chercheurs de la faculté de médecine de l’Université Washington à Saint Louis (Missouri) a pointé du doignt la mauvaise qualité de l’éclairage domestique au domicile de très nombreuses personnes âgées. L’étude a été publiée par le JAMA Ophthalmology.
Il arrive fréquemment que des patients âgés se plaignent d’une déficience visuelle que l’on a des difficultés à mesurer au cours de l’examen” a declaré l’un des auteurs de l’étude, Anjali M. Bhorade, ophthalmologiste au Barnes-Jewish Hospital. Un mauvais éclairage domestique explique souvent le décalage entre la plainte et les resultats de l’examen clinique ». 
Les chercheurs ont étudié une population de 175 patients âgés de 55 à 90 ans. Cent vingt six d’entre eux étaient atteints de glaucome. Tous ont subi un examen mené à la fois à domicile et à la clinique du glaucome de l’école de médecine. 

En moyenne, les tests ont indiqué une meilleure vision à l’hôpital qu’à domicile. Un tiers (30%) des patients atteint de glaucome était en mesure de déchiffrer deux à trois lignes de texte en plus à l’hôpital et 39% de ceux qui souffraient d’un glaucome avancé déchiffraient mieux à l’hôpital qu’au sein de leur domicile. 

Le même décalage a été observé chez les patients âgés qui ne souffraient pas de glaucome. Ces différences ont été remarquées aussi bien concernant la vision de près que de loin. Les écarts les plus importants se sont manifestés dans la vision de loin à domicile chez les patients souffrant de glaucome. 
Les chercheurs se sont montrés surpris par la mauvaise qualité de l’éclairage des personnes âgées à domicile. Les niveaux d’éclairage étaient inférieurs à la norme recommandée dans 85% des cas. Compte tenu du fait que la mobilité des personnes se réduit avec l’âge, les chercheurs recommandent donc aux personnes âgées d’améliorer la qualité de leur éclairage. 

Les chercheurs ne se sont pas préoccupés des effets annexes d’un mauvais éclairage, notamment sur le risque de chute. Mais d’autres recherches ont mises en valeur le risque représenté par la perte de vision que génère un mauvais éclairage. 
Partager cet article

Sur le même sujet