Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Démographie médicale à Paris : plus de 800 médecins à recruter d'ici 5 ans

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 03/02/2014

0 commentaires
L’Agence Régionale de Santé Ile de France a présenté le 28 janvier dernier, en présence de Claude Evin, son directeur général, les résultats d’une étude universitaire prospective sur l’avenir de l’offre de soins de 1er recours à Paris.

L’étude Denomed

a été menée par 21 internes des trois départements de médecine générale parisiens auprès de médecins généralistes, gynécologues, pédiatres. Elle dresse un état des lieux de l’offre de 1er recours par arrondissement et confirme des différences notoires.

Par ailleurs, elle indique que d’ici 2 à 5 ans, 831 médecins devront être remplacés pour compenser la cessation d’activité prévisionnelle (166 installations nécessaires par an).

Devant la fragilisation de l’offre de 1er recours, l’ARS Ile-de-France entend se mobiliser pour garantir une offre de soins accessible et qualitative à tous les franciliens. Pour ce faire, elle souhaite accompagner les jeunes professionnels et faire évoluer l’offre en fonction des besoins des territoires.

Aujourd’hui, le dispositif comprend plusieurs propositions :
- Le contrat de praticien territorial de médecine générale (PTMG). Mis en place par Marisol Touraine, il garantit un revenu minimum aux professionnels qui s’installent dans une région sous dotée. Huit contrats ont déjà été signés dont trois à Paris ;
- Le contrat d’engagement de service public (CESP) : il propose une aide au financement des études de médecine en échange de quoi les étudiants ou internes en médecine s’engagent à s’installer dans une zone où la continuité des soins est menacée : 100 contrats signés en trois ans ;
- Les permanences locales d’aide à l’installation, organisées par l’Agence chaque mois dans chaque département et en partenariat avec les URPS, les CPAM et les ordres professionnels : 250 professionnels accueillis dont un tiers se sont installés ;
- Les journées découvertes organisées annuellement dans chaque département
- La PAPS (plateforme d’appui aux professionnels de santé) : guichet unique d’information pour les professionnels ;
- Le référent installation régional : facilement identifiable par les jeunes professionnels, il coordonne l’action dans les territoires.

Pour l’Union Régionale des médecins libéraux d’Ile de France, l’essentiel du problème repose sur :
- Le décalage entre la valeur des actes conventionnés et le coût de l’exercice dans Paris qui pénalise l’exercice libéral intra muros.
- Tout nouveau projet d’installation se heurte aux problématiques de la loi Handicap qui entre en vigueur au 1er janvier 2015.
- La mise aux normes des cabinets existants s’avère impossible dans 90 % des cas pour des questions de voieries, de structures des immeubles ou de copropriétés.


* 37% des médecins généralistes ont répondu. L’étude ne prend pas en compte les médecins généralistes exerçant dans les centres de santé, les hôpitaux, SOS médecins.

Partager cet article

Sur le même sujet