Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

L'allocation personnalisée d'autonomie joue les peaux de chagrin

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 03/03/2014

0 commentaires

Une étude de la Drees (ministère des affaires sociales)

Une étude de la Drees (direction de la recherche du ministère des affaires sociales) révèle que les plans d’aide se sont réduits entre 2007 et 2011.
À la fin 2011, 696 000 personnes âgées de 60 ans ou plus reçoivent l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) à domicile en France métropolitaine, soit une augmentation de 10 % depuis 2007. Un quart d’entre elles perçoivent l’APA depuis au moins cinq ans, contre 11 % en 2007.

Cette population a vieilli de six mois par rapport à 2007 : la moitié des bénéficiaires de 2011 sont âgés de plus de 84 ans et 6 mois. Les autres caractéristiques sociodémographiques restent stables entre 2007 et 2011 : les trois quarts sont des femmes, et 20 % sont évalués comme très dépendants en groupe isoressources (GIR) 1 ou 2.

À la fin 2011, la moitié des bénéficiaires a des ressources mensuelles, au sens de l’APA, inférieures à 1 085 euros. En moyenne, elles ont augmenté de 16% en quatre ans (en euros courants). Le ticket modérateur, c’est-à-dire le montant à la charge du bénéficiaire dans le plan d’aide notifié a augmenté (la médiane est en hausse de 22 %), alors que les montants des plans d’aide ont diminué.

Un bénéficiaire sur deux a un plan d’aide inférieur à 466 euros en 2011, soit une baisse de 4 % en quatre ans. Seuls 16 % d’entre eux n’ont rien à payer pour leur prise en charge, contre 23 % en 2007.

Partager cet article

Sur le même sujet