Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

13 mars 2014 : C'est la Journée nationale de l'audition

Auteur Rédaction

Temps de lecture 5 min

Date de publication 10/03/2014

0 commentaires
Journée nationale de l'auditionLe 13 mars prochain aura lieu la 17ème Journée Nationale de l’Audition.

L’occasion de mieux s’informer sur ces troubles d’une grande fréquence et aux impacts sociaux incontestables.

1 Français sur 4, soit 16 millions de personnes, est aujourd’hui touché par les acouphènes en France
C’est ce que révèle la nouvelle enquête JNA-IPSOS-Crédit Agricole 2014.
710 000 personnes souffriraient d’Acouphènes permanents, et 12 290 000 personnes d’acouphènes épisodiques (de temps en temps).
Selon les Français, la perte de l’audition apparaît aussi comme la 4ème source d’inquiétude concernant la santé.
Pour 52% des personnes interrogées, l’exposition sonore élevée (travail, baladeur, concert…) est la raison principale de la perte de l’audition, loin devant le vieillissement (27%).
1 personne sur 2 connaît quelqu’un qui souffre d’acouphènes.
50% des sondés a déjà ressenti des acouphènes dont 56% parmi les jeunes de 16-34 ans.
Mais 51% d’entre eux n’a jamais consulté.


Que sont les acouphènes et l’hyperacousie ?
Les acouphènes sont des bourdonnement et sifflements dans la tête et dans l’oreille et l’hyperacousie, une hypersensibilité aux bruits normalement supportés. Il s’agit de symptômes ORL de plus en plus fréquents au sein de la population française.

L’origine de ces troubles de l’audition est multiple : Traumatisme Sensoriel Auditif (lié aux pratiques d’écoute de musique amplifiée ou au bruit au travail); usure des mécanismes de l’oreille avec l’âge ; choc émotionnel ; prise de médicaments ototoxiques…

Vivre avec ces gênes ou troubles en permanence est insupportable et provoque fatigabilité, dégradation de la vie intellectuelle, physique, psychique et sociale. Ces déséquilibres peuvent parfois amener les sujets les plus fragiles ou socialement fragilisés à tomber en dépression. Longtemps considérés comme des maladies mentales, les acouphènes, tout comme l’hypersensibilité au bruit, sont aujourd’hui reconnus comme des pathologies ORL.

Quels traitements ?

Bien qu’il y ait des avancées dans le domaine de la recherche, il n’existe pas encore de traitement pour guérir les acouphènes. Des solutions d’habituation ont toutefois été développées. Elles ont pour but de soulager et de soutenir les personnes qui en sont atteintes : aides auditives, médicaments, accompagnement psychothérapeutique et émotionnel (psychothérapies, sophrologie..).

Le traitement de l’hyperacousie passe par la rééducation de l’oreille, en faisant porter au patient des générateurs de bruit blanc : un son très stable qui ressemble à un souffle. Après quelques semaines, quelques mois pour les hyperacousies les plus anciennes, l’oreille du patient se réhabitue aux sons normalement supportables.
La prise en charge des acouphènes et de l’hyperacousie fait appel à une équipe pluridisciplinaire avec l’ORL, l’audioprothésiste et parfois les psychologues.

La Journée Nationale de l’Audition, orchestrée par l’association JNA, réalisée sous le Haut-Patronage de ministères, en partenariat avec les principaux syndicats professionnels SNORL (Syndicat National des médecins ORL), UNSAF (Union nationale des Syndicats d’Audioprothésistes français), FNO (Fédération nationale des orthophonistes), SSP (Syndicat national des phrologues professionnels) et avec le concours des Institutions de Retraite et de Prévoyance, des Mutuelles, des professionnels de l’audition et des acteurs socio-économiques en région a pour but d’informer et de sensibiliser le public dans le domaine de l’audition. Cette 17ème édition se tiendra le 13 mars.

Pour cette journée de sensibilisation, un large dispositif d’information a été déployé. Il est composé :

- d’un site d’information
sur l’audition www​.journee​-audition​.org (plus de 30 000 visiteurs uniques et 250 000 pages vues lors de la semaine de la JNA 2013).
- des actions d’information et de prévention (conférences, ateliers, débats, concerts pédagogiques, tests de l’audition gratuits…) sont organisées partout en France par l’ensemble des participants. La liste est disponible dur le site internet www​.journee​-audition​.org (plus de 2 300 participants et donc actions sur le terrain lors de la campagne Les seniors et l’audition 2013”).
- un numéro Azur (prix d’un appel local), le 0 810 200 219, plateforme « Audio – Infos – Service » de renseignements téléphoniques pour connaître les actions d’information et de prévention organisées à proximité par l’ensemble des participants à la campagne et poser des questions aux médecins ORL référents de l’association JNA (une croissance de 80% des appels lors de l’édition 2013 par rapport à l’édition 2012).
- Le journal « Tout savoir sur mon audition » disponible chez tous les participants de la JNA 2014 et en version pdf sur le site officiel de la campagne www​.journee​-audition​.org (journal de 8 pages sur l’audition diffusé via les kits des participants à raison de 150 000 exemplaires)
- Des guides thématiques JNA sur l’audition, disponibles chez tous les participants de la JNA et entièrement rédigés par l’ensemble les membres du Comité scientifique de l’association composé de 24 experts de l’audition en France.

L’association Journée Nationale de l’Audition,organisatrice des 17 éditions, est le seul organisme reconnu comme indépendant dans le domaine de l’audition. Elle est dirigée par des administrateurs engagés et bénévoles.


Appareils auditifs : les deux tiers des personnes équipées insatisfaites
Pourtant selon un baromètre commandité par Audio 2000 et réalisé par le cabinet Senior Strategic auprès de 1.487 personnes âgées de 45 à 79 ans souffrant de problèmes d’audition, des difficultés de réglage et d’adaptation importantes peuvent perdurer bien au-delà des premiers jours d’équipement. Les deux tiers des personnes équipées d’appareils auditifs ne seraient donc pas satisfaites de leur prothèse, la plupart se plaignant en effet de problèmes d’adaptation,

Même si plus de 70% des personnes équipées déclarent utiliser leur appareil auditif tous les jours, environ 30% mentionnent des problèmes de réglage ou une sensation de gêne liée au port de l’appareil, tandis que près de la moitié se plaignent d’une mauvaise adaptation, un grief qui augmente
avec l’âge. Le taux de satisfaction reste globalement faible, de l’ordre de 35% (37% chez les hommes et 32% chez les femmes).

Les 45 – 54 ans sont les plus réticents face à l’appareillage, seulement 40% le considérant utile contre près de 70% des plus de 75 ans. Chez les plus jeunes comme dans les catégories socio-professionnelles les plus aisées, les appareils auditifs renvoient une image de vieux”. Le rejet est également plus fort chez les hommes.

Et si les plus âgés mettent plus de temps avant de consulter (63% des plus de 75 ans ne sont pas équipés alors qu’ils sont conscients d’une diminution de leur audition depuis plus de trois ans), les 45 – 54 ans sont ceux qui tergiversent le plus longtemps entre la prescription et l’achat de l’appareil.

Le coût est un frein certain
Les mutuelles proposent des prises en charge de 300 à 499 euros, qui viennent s’ajouter aux 120 euros remboursés par l’Assurance maladie, alors que les appareils peuvent valoir entre 750 à 2.000 euros par oreille, soit des factures pouvant grimper jusqu’à 4.000 euros…

Partager cet article

Sur le même sujet