Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

J'ai oublié le titre ! : une banquière devenue animatrice en maison de retraite raconte

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 10/03/2014

0 commentaires

Aux éditions Eres

Carine Beaufils a commencé sa carrière dans le système bancaire. Alors qu’ elle n’aimait pas les vieux”, elle se voit propulsée, sans formation et par dépit, Responsable de la vie sociale” des cent quatre résidents d’un EHPAD, Etablissement pour personnes âgées dépendantes. Immédiatement, elle prend la plume. Quelle belle idée !

Carine beaufils
en images lors d’une dédicace de son ouvrage le 12 février 2015 à Paris :


Pourquoi a‑t-elle eu l’idée de ce livre ?





La difficile entrée en maison de retraite. L’accueil du résident fragilisé et aussi de ses proches



Son regard tendre sur les malades Alzheimer qui le lui rendent bien



Son métier d’animer (qui vient d’ anima” : âme)



Les professionnels qu’elle côtoit et son coup de chapeau aux aides-soignantes




Avec style, humour, légèreté, l’auteur pose un regard aiguisé sur ces lieux de vie, où la mémoire qui s’étiole permet un émerveillement permanent et où les situations à risque de maltraitance surviennent à tout moment.

Sans voyeurisme ni misérabilisme, comme le souligne la ministre Michèle Delaunay dans sa préface, Carine Beaufils taquine ses a priori sur les maisons de retraite, ces mouroirs, elle découvre le monde de l’Alzheimer.

Cueillie, avec émotion, par les relations qu’elle arrive spontanément à tisser avec ces résidents étranges et touchants, elle comprend rapidement que son métier d’animatrice est d’aider à continuer à être, à se sentir utile (comme pour cet atelier cuisine où elle explique qu’elle ne sait pas faire une omelette !).
Les meilleurs animateurs ? Les enfants et le labrador Smarties chouchouté par les résidents.

Son métier : c’est avoir envie d’être là”, avec les résidents, sans jamais préjuger, se greffer un sourire sur les lèvres pour créer une ambiance la plus chaleureuse possible, être à l’écoute et chanter.

Comment prendre en charge” ces personnes sans les aimer ? Sans être dévasté à leur décès ou à la découverte de terribles réalités familiales ?
La juste distance ? La théorie est louable, explique l’auteur, mais le lien affectif est bien réel. Alors il va s’agir de les aimer, professionnellement.

Sans angélisme, Carine Beaufils raconte un quotidien souvent difficile, aux réalités parfois insoutenables prises en main avec efficacité et intelligence par un personnel peu formé, très féminin (avec beaucoup d’hypocrisie et de mesquineries qui épuisent les meilleures volontés) et sous l’autorité du bac +8”, la médecin trop vénérée à son goût mais si responsable.

La maison vogue au gré des crises, suivies d’un cadeau, puis d’une crise, puis d’un cadeau : un sourire, un rire sans tricherie, un amour sincère et vivifiant, une parole si juste par ces personnes au cerveau malade mais au regard franc, direct et acéré.

Un vrai bonheur de travailler à la vie dans ces lieux de vie.
Un plaidoyer pour l’animation en maison de retraite.

J'ai oublié le titreJ’ai oublié le titre ! : Mémoires d’une animatrice en EHPAD Alzheimer [Broché]
Carine Beaufils
Préface Michèle Delaunay
Prix conseillé : EUR 10,00
Broché : 156 pages
Editeur : Erès (20 février 2014)
Collection : L’âge et la vie — Prendre soin des personnes âgées
Pour commander en ligne J’ai oublié le titre : Mémoires d’une animatrice en EHPAD Alzheimer

Partager cet article

Sur le même sujet