Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Des réponses sur mesure aux besoins locaux des proches aidants : Interview d'Emmanuelle Pion, MSA

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 17/03/2014

0 commentaires
Logo msaComment accompagner les aidants ? Comment adapter les réponses aux besoins locaux ? Comment être sûr de l’efficacité de l’action entreprise ? Entretien avec Emmanuelle Pion, chargée de mission à la Direction du Développement Sanitaire et Social de la CCMSA.

En 2008, il nous a été demandé de soutenir les aidants familiaux dans leur territoire de vie.

Mais une réponse globale ne nous paraissait pas toujours satisfaisante d’où la proposition de la MSA de recueillir les besoins locaux de la population et de construire des réponses à partir de leurs besoins réels : information-formation, soutien, aide au répit…

Après avoir interrogé la population, nous avons dressé un état des lieux, territoire par territoire. L’objectif étant d’établir un diagnostic partagé des besoins et des manques en écoutant aussi bien les professionnels, les acteurs locaux que les aidants eux-mêmes.
Des groupes de travail sont alors été constitués, puis une restitution de leurs échanges et de leurs conclusions a été réalisée aux personnes sollicitées. dans le but de leurproposer des solutions concrètes. Bien sûr toutes ces étapes prennent du temps mais elles représentent aussi une garantie de suivi par les personnes. Nos réponses correspondent à leurs besoins.
La question du répit est très variable d’un territoire à l’autre. Pour certains nous proposons des séjours vacances, pour d’autres des accueils de jour ou des groupes de parole.

52 départements ont participé à ce dispositif. La Caisse centrale de la MSA a ainsi signé 100 contrats (pour le financement de 400 actions). Des contrats établis pour une durée de trois ans. 40 sont aujourd’hui achevés mais le principe est de permettre aux acteurs locaux de reprendre le flambeau et de poursuivre les actions car la MSA mènent divers programmes dont un de lutte contre l’isolement.

Chaque caisse a bénéficié d’un soutien de 8 000 euros. Mais lorsque les caisses ont prorogé les actions, c’est parce que la totalité des fonds n’avait pas été utilisée. Preuve s’il en faut qu’en adaptant les réponses aux besoins réels, on cible mieux les actions qui ne sont d’ailleurs pas forcément par essence onéreuses.

La santé : une préoccupation de la MSA
La santé des aidants est un sujet préoccupant pour la MSA. Nous avons donc lancé une expérimentation que nous aimerions généraliser. Elle concerne aujourd’hui 4 caisses, soit l’équivalent de 10 territoires.
Cette action consiste à proposer une consultation santé aux aidants, complétée d’un atelier d’information (la question du stress est fréquemment posée). Cette action est localement réalisée de manière transverse, en associant les services sociaux et les services médicaux. Nous souhaitons d’ailleurs lancer une étude sur la santé des aidants et l’impact de leur statut d’aidant sur leur santé.

Une multitude d’actions pour soulager et accompagner les aidants
Mais la MSA a dans dans son escarcelle une multitude d’actions de terrain. Citons pour exemple Griotte et coccinelle, une pièce de théâtre réalisée par la Compagnie des Oliviers (Hautes Alpes) qui a largement tourné dans le réseau. Elle permet d’amorcer un débat, d’inaugurer un programme devant un public spécifique, des partenaires, des aidants. Nous avons aussi réalisé un DVD qui peut être diffusé à l’ensemble du réseau.

Les résultats de ces actions sont extrêmement qualitatifs. Ils nous permettent de bénéficier d’un grand nombre d’éléments pour mieux repérer et comprendre qui sont les aidants, leurs besoins, leurs insatisfactions et questionner la dynamique des territoires.

Pour en savoir plus

Partager cet article

Sur le même sujet