Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

MObilisation NAtionale contre L'ISolement des Agés : témoignage des acteurs engagés

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 23/06/2014

0 commentaires
Logo monalisaJeudi 19 juin, les 75 adhérents de Monalisa se sont réunis à la Maisons des Métallos à Paris. Un point d’étape, cinq mois après le lancement de cette opération de lutte contre l’isolement des personnes âgées. Une occasion aussi pour les équipes citoyennes de se rencontrer, de partager leurs expériences et de recevoir quelques soutiens ministériels.
Jean-François Serre, référent national Monalisa et délégué général de l’association les petits frères des Pauvres a accepté de revenir sur cet événement pour Agevillage.

Une partie des 75 adhérents sont des services à domicile. Quel lien avec les équipes citoyennes chargées de rompre l’isolement des personnes âgées ?

Nombre de nos adhérents ont une vocation de solidarité, c’est le cas des Restos du cœur ou des centres sociaux qui ont déjà pour vocation de favoriser le développement d’un entourage chez leurs bénéficiaires.

Les grands réseaux d’aide à domicile ont aussi leur rôle à jouer dans la lutte contre l’isolement. Ils sont particulièrement bien placés pour repérer et signaler les personnes âgées isolées ou en fragilité. Or actuellement, lorsque l’un des ces personnes est repérée, les travailleurs sociaux ne savant pas vers qui l’orienter. Il faut donc que se créent des ponts entre les professionnels du domicile et les équipes citoyennes de Monalisa. 

Deux ministres étaient présentes jeudi avec des cadeaux…

En effet, la secrétaire d’Etat chargée de la Famille et des Personnes âgées, Laurence Rossignol a annoncé 1,6 millions d’euros sur deux ans. Une somme qui vient s’ajouter au budget de lancement de Monalisa (financement de la CNSA et de la Caisse des Dépôts et Consignations). Or nous avons appris jeudi que la CNSA va prolonger son soutien jusqu’en 2016. Cela va nous permettre d’assurer l’animation du réseau et son déploiement.

Nous avons aussi beaucoup apprécié la venue de Najat Vallaud-Belkacem. Monalisa était bien soutenu du côté du ministère des affaires sociales et de la santé. Lla ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports nous a apporté l’appui du gouvernement au titre de la vie associative. C’est important pour nous car cela signifie concrètement 300 services civiques pour Monalisa. 

Cela ne fait que 5 mois que Monalisa a été lancé, pourquoi déjà ce « bilan » ?

Il ne s’agissait pas vraiment d’un bilan. Plutôt un point d’étape pour permettre la rencontre des parties prenantes avec un premier échange des pratiques. Nous avons organisé deux tables rondes, la première autour des témoignages des équipes citoyennes et la seconde sur les coopérations départementales. Il est primordial que tous les signataires de la charte s’organisent sur les territoires, se rencontrent et favorisent les coopérations. Nous comptons actuellement sept départements qui sont bien parvenus à structurer leur action, le Nord, l’Ile et Vilaine, le Maine et Loire, la Creuse, le Var, la Gironde et le Lot.

Partager cet article

Sur le même sujet