Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Chine : bientôt 350 millions de personnes âgées et des perspectives inquiétantes

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 04/08/2014

0 commentaires
La Chine connaît une situation particulièrement délicate. La population âgée croît si rapidement qu’elle laisse sans solution les enfants, pourtant censés, dans la tradition chinoise, s’occuper de leurs parents vieillissants. La prise en charge professionnelle, elle, demeure rare et chère, rappelle l’AFP.

Les prévisions indiquent que 350 millions de Chinois

‑un quart de la population- auront 60 ans ou plus d’ici à 2030. Soit près du double du nombre actuel.

Ce vieillissement, dû à la politique de l’enfant unique, va peser très lourd sur le pays, réduisant la main d’oeuvre et rendant des héritiers ‑sans frère ni soeur- responsables de leurs multiples grands-parents. Or beaucoup de ces jeunes adultes ont déjà du mal à joindre les deux bouts, à cause du prix de l’immobilier notamment.

La Chine en est toujours aux expérimentations s’agissant des personnes âgées, des maisons de retraite et du financement des retraites. Le pays ne dispose aujourd’hui que de 25 places en institution pour 1.000 seniors, a indiqué le ministre des Affaires civiles Li Liguo cette semaine. Même si les initiatives se multiplient, les établissements d’accueil sont encore trop chers et le personnel peu ou pas qualifié. Et comme dans beaucoup d’autres pays, ces centres sont souvent perçus comme
de tristes antichambres de la mort.

Le respect des anciens, principe cher à la culture chinoise, semble vaciller sous la pression de la vie moderne. Le gouvernement, qui estime que seulement 3% des personnes âgées pourront être accueillies par des établissements, s’attend donc à ce que la majorité d’entre elles restent chez elles, engageant éventuellement une personne pour s’occuper d’elles. Mais le coût élevé d’une aide à domicile pose problème.
L’augmentation des cotisations de retraite et le recul de l’âge de départ en retraite, pour l’instant à 60 ans pour les hommes et 55 pour les femmes, rencontrent des résistances.

En juillet, quatre grandes villes ont lancé des expérimentations défiant la tradition, encourageant les personnes âgées à vendre leur maison en échange d’un revenu régulier. Pas question”, a affirmé Mme Chen, Il faut transmettre quelque chose à ses enfants”.

Les solutions prendront du temps, ce dont manque le pays vieillissant, conclue pour l’heure Yanzhong Huang, spécialiste de la santé au Council on Foreign Relations, basé aux États-Unis.

Partager cet article

Sur le même sujet