Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

La malnutrition des seniors n'est pas un mal français

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 18/08/2014

0 commentaires

Une étude américaine recommande d’agir au moment de l’arrivée aux urgences

Une récente étude américaine publiée dans le journal Annals of Emergency Medicine révèle que la moitié des seniors sont malnutris ou présentent un risque de l’être sans le savoir. 
La malnutrition des personnes âgées n’est pas un monopole tricolore. Une étude américaine menée par des chercheurs de l’université de Caroline du Nord sur le dossier médical de 138 personnes âgées de plus de 65 ans vivant seules à leur domicile et admises aux urgences, indiquait un taux élevé de malnutrition.
L’étude indique qu’à leur arrivée aux urgences, 60% des personnes étudiées sont à risque de malnutrition et 16% en portent effectivement les traces. Parmi elles, 52% sont sujets à la dépression, 50% n’ont plus qu’une autonomie relative, 38% affirment souffrir de troubles bucco-dentaires et 33% reconnaissent avoir des difficultés à faire leurs courses.
L’étude révèle que 77% de ces patients n’ont pas été diagnostiqués avant leur admission aux urgences. 
Pour les chercheurs urgentistes, la malnutrition a des conséquences importantes sur la mortalité. La réduction de la masse musculaire entraine une baisse de la mobilité et augmente les risques de chute. En concluson, les chercheurs préconisent que plus d’attention soit portée à la qualité nutritionnelle des personnes âgées au sein des services d’urgences. Prescrire des compléments alimentaires ne coûterait pas grand-chose et réduirait le taux de retour des patients dans les hôpitaux. 
En France, 300 000 à 400 000 personnes âgées vivant à domicile souffrent de malnutrition. 
Partager cet article

Sur le même sujet