Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Edito : vieillesse outragée, vieillesse libérée

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 25/08/2014

0 commentaires

Alors que nous célébrons les 70 ans de la Libération, la célèbre phrase du Général de Gaulle sur Paris outragé, Paris martyrisé mais Paris libéré” raisonne en cette période de rentrée.

La vieillesse continue d’être difficilement perçue. L’âgisme retentit partout : emploi, santé, intégration sociale… Difficile d’afficher son âge. Dans nos têtes, il ne fait pas bon vieillir.

La situation des personnes âgées est certes sans commune mesure avec celle de l’après-guerre, mais on voit que les volontés de détricoter le programme du conseil national de la résistance (sécurité sociale, retraites…) ne désarment pas (en argumentant sur la crise des finances publiques notamment).

Pour les personnes âgées fragilisées, handicapées, malades, Agevillage relaie, semaines après semaines, depuis plus de 14 ans maintenant, toutes les actualités d’un secteur jugé à la fois anxiogène mais aussi porteur (Silver économie).

Certes, nous constatons des reculs politiques, gouvernements après gouvernements (le premier ministre a présenté ce jour la démission de l’actuel gouvernement).
Nous ne voyons pas de véritable 5eme risque de compensation des handicaps quel que soit l’âge à l’horizon.
Quant à la future loi de programmation de la société au vieillissement, nous allons attendre le nouveau ministre chargé de la défendre.
Et si 8 octogénaires sur 10 vivent bien avec leur pluri-mini-handicaps, nous constatons un alourdissement du poids de la dépendance” sur les épaules des personnes âgées et de leurs proches, sans oublier l’épuisement des professionnels face aux injonctions contradictoires (plus de qualité, d’évaluations, de normes et des moyens de plus en plus contraints).

Pour autant nous ne désarmons pas de notre ligne éditoriale : vieillir debout”.
Chaque semaine nous invitons à redresser la tête, affirmer la citoyenneté de tout à chacun, quel que soit sont âge, marcher encore et toujours, debout jusqu’au bout. Agevillage tente de libérer les énergies, les initiatives (cette semaine le Label Cap’Handeo, l’appel à projet EHPAD à domicile” en France Comté). On sait en effet qu’il est aujourd’hui possible de bien vivre et bien vieillir (même avec une pathologie neuro-dégénérative). Question de moyens, de formation, de politique pour des citoyens dont l’espérance de vie va pouvoir atteindre voire dépasser les 100 ans (mais peut-être pas 1000 ans comme le rêve ceux qui veulent la mort de la mort”).

Vieillesse outragée, vieillesse libérée : une question individuelle et collective, une question politique.
Bonne rentrée !

Partager cet article