Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Etude : le lait est-il l'ennemi des personnes âgées ?

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 02/11/2014

0 commentaires

Des chercheurs suédois publient des résultats alarmants mais se gardent d’en tirer des conclusions trop hatives

Les personnes âgées sont-elles victimes du lait que les médecins recommandent contre des maladies comme l’ostéoporose ? Une étude suédoise publiée dans la revue médicale britannique The British medical journal (BMJ) jette le doute sur les bienfaits du lait, surtout quand il est consommé par les personnes âgées. 
Le lait consommé en grande quantité peut s’avérer à risque, surtout pour les personnes âgées. Telle est la principale conclusion d’une étude suédoise. Les données ont été recueillies sur le suivi à long terme de deux cohortes”. La première cohorte était composée de 60.000 personnes, exclusivement des femmes, âgées de 39 à 74 ans. Elles ont été questionnées sur leurs habitudes alimentaires et leur style de vie dans le cadre d’une campagne de dépistage du cancer du sein. Nombre d’entre elles ont été suivies pendant vingt ans.

La seconde cohorte regroupait 45.000 hommes de 45 à 79 ans suivis eux aussi sur plusieurs années.

La consommation de lait (de moins d’un verre à plus de trois verres), de produits laitiers (yaourts, fromages) de chacune de ces personnes a été quantifiée. Les chercheurs qui tentaient d’établir un lien entre la consommation de lait et les fractures voire un éventuel décès ont abouti à un résultat surprenant : les femmes absorbant plus de trois verres de lait par jour encourraient un risque de décès de 90% plus élevé et un risque de fracture de la hanche de 60% plus élevé par rapport à celles qui boivent moins d’un verre par jour.

Pour les hommes, le risque de décès a été établi mais de manière moins prononcé, tandis qu’aucun lien n’est observé pour les fractures.
En revanche, la consommation de produits laitiers – yaourts, fromage – indique chez les femmes un taux de mortalité et de fractures plus faible que celles qui en prennent peu. Il serait donc bon” de consommer moins de lait et plus de produits laitiers.
Les chercheurs se refusent toutefois à établir un lien de cause à effet et demeurent prudents dans leurs conclusions. Ils s’interrogent sur le rôle des sucres (lactose et D‑galactose) présents dans le lait mais relativement absents des produits fermentés. Le lactose et le galactose pourraient amplifier le stress oxydant” des cellules ainsi que l’inflammation des tissus accélérant ainsi le vieillissement.
Médecins et diététiciens demeurent prudents sur les résultats de cette étude qui demande à être confirmée par des travaux complémentaires.
Partager cet article

Sur le même sujet