Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

DIAMANT, ou comment les nouvelles technologies informent sur l'aménagement du domicile

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 24/11/2014

0 commentaires

La maison itinérant se monte en moins de 30 minutes

Depuis mai dernier, un véhicule à remorque dépliable sillonne les routes de la région Alsace afin de présenter, notamment au personnel médico-social, l’offre dédiée au logement accessible.
Ce démonstrateur a pour nom DIAMANT (Démonstrateur Intelligent Accessible Mobile Adaptable et Nouvelles Technologies). Il est cofinancé par le Conseil général, Réunica, l’Etat, la CARSAT-Alsace et le CEP CICAT (centre de ressources pour la réadaptation et l’insertion des personnes âgées ou handicapées), dans le cadre du pôle d’excellence rural dédié à l’utilisation des nouvelles technologies au service du maintien à domicile. 

DIAMANT est une vitrine de l’adaptation du logement pour les personnes âgées ou handicapées. Cette maison évolutive de près de 40 m² donne en effet à voir une salle de séjour avec un espace cuisine, une chambre à coucher et une salle de bain, qui présentent des solutions, notamment domotiques, à la perte d’autonomie : un interphone mobile, un interrupteur général activé par une télécommande, un plan de travail de cuisine avec évier intégré qui s’abaisse ou se remonte à la demande, des étagères de placards qui descendent, une porte de salle de bain coulissante ou encore un siège de douche amovible. 

DIAMANT est né de la rencontre entre André Augst de la direction technique du CEP, lieu d’exposition permanente et centre d’informations et de conseil sur les aides techniques (Cicat) dans le domaine du handicap et Jean-Marc Félix, ingénieur en bâtiment spécialisé dans l’accessibilité. Primé au concours Lépine en 2008 pour un appartement itinérant dépliable de 36 m², Jean-Marc Félix a adapté son invention, tout en préservant ses points forts : moins de 30 mn pour le montage et le démontage, et une charge totale inférieure à 3,5 tonnes, compatible avec un permis de conduire des caravanes.

Ces atouts ont séduit le conseil général du Bas-Rhin, l’Etat et quelques autres financeurs, qui cherchaient à mettre en valeur les nouvelles technologies au service du maintien à domicile.
Partager cet article

Sur le même sujet