Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Monalisa célèbre sa première année : cap sur le lien, voire l'amour, selon Xavier Emmanuelli

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 02/02/2015

0 commentaires

Logo MONALISALe 27 janvier dernier se sont déroulées à la Maison de la Mutualité à Paris les 1ères Rencontres Monalisa (Mobilisation nationale contre l’isolement des âgés). L’occasion de dresser un bilan de l’action lancée en janvier 2014 et de débattre autour de la question de l’isolement social, en présence de Laurence Rossignol.

Née d’une collaboration entre la société civile, représentée essentiellement par des associations, et les pouvoirs publics, Monalisa initie une démarche collaborative d’intérêt général pour lutter contre l’isolement des seniors.

Un an après son lancement, 113 organismes et associations ont signé la charte Monalisa. Une charte qui vise à déployer le bénévolat associatif, mettre en cohérence et en convergence les actions menées sur le terrain. Une charte de l’équipe citoyenne définit parallèlement des repères communs pour permettre aux équipes d’élaborer et mener leurs propres projets.

56 équipes citoyennes sont reconnues Monalisa sur le territoire. 14 coopérations départementales sont structurées et lancées sur le terrain et 19 sont initiées. En tout, ce sont 33 départements sur lesquels la mobilisation est lancée.

Pour 2015, l’objectif souligné par la ministre serait de couvrir les zones blanches du territoire. Comme le précise Jean-François Serres, secrétaire général Monalisa, Pour atteindre les plus isolés, il faut bien connaître les besoins, mais aussi les actions existantes. C’est d’ailleurs l’objectif des actions de coopération. La question aujourd’hui est de les répertorier correctement. La Creuse par exemple est une région pointée du doigt. Pourtant il y existe beaucoup plus d’initiatives qu’on le croit. On est curieusement beaucoup moins avancé en Ile-de-France que dans la Creuse. Mais les équipes sont en train d’émerger car nous avons réuni les acteurs autour d’une même table : le conseil général, le clic, le CCAS, les associations…”.
La première évaluation achevée en 2014 est très positive. Nous entrons dans la phase de déploiement. Il nous faudra maintenant veiller à la qualité des interventions et de l’accompagnement”.

L’enjeu c’est le lien entre frères humains” souligne Xavier Emmanuelli fondateur du Samu social.“Osons parler du besoin universel d’amour”.

Intervention de Xavier Emmanuelli

Intervention de Jean-François Serres

Partager cet article

Sur le même sujet