Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Les Français ont un bon état de santé général, mais les inégalités se creusent

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 15/02/2015

0 commentaires

Le rapport annuel de la Drees sur l’état de santé de la population

La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) a publié, jeudi 12 février, la 6e édition du rapport sur l’État de santé de la population en France. Ce panorama détaillé décrit un « état de santé globalement favorable des Français ». Il met toutefois en lumière le rôle croissant des inégalités sociales de santé.
L’état de santé des Français est globalement bon”, souligne d’emblée la 6e édition du rapport sur l’État de santé de la population en France rendu public, jeudi 12 février, par la Direction de la Recherche, des Etudes, de l’Evaluation et des Statistiques (Drees, ministère de la Santé).

L’ espérance de vie, l’une des plus élevées d’Europe, continue son envolée : 85,4 ans en 2014 pour les femmes et 79,2 ans pour les hommes. L’écart hommes/​femmes — de 6,2 ans l’an dernier contre 8,2 ans en 1994 – ne cesse de se réduire.
En revanche, les maladies chroniques s’installent : entre 2010 et 2012, le cap des 3 millions de Français atteints de diabète a ainsi été franchi”, relève le ministère de la Santé.
Les maladies de l’appareil circulatoire (AVC, insuffisance cardiaque…) demeurent la première cause de mortalité des femmes,. Chez les hommes, c’est le cancer.
A âge égal, la surmortalité masculine par cancer et maladies cardiovasculaires est la conséquence d’un usage abusif de l’alcool et du tabac, sans oublier l’exposition professionnelle à des substances toxiques. 
Entre 18 et 75 ans, les hommes consomment trois fois plus d’alcool que les femmes. Cette surconsommation masculine concerne aussi l’usage des drogues illicites.
Le tabac est un facteur de mortalité (73.000 morts par an) important pour les deux sexes, loin devant l’alcool.

Le comportement alimentaire des femmes est plus proche des canons de l’hygiène que celui des hommes. Mais les hommes sont plus nombreux que les femmes à se déclarer en bonne santé.
L’étude de la Drees confirme que les disparités territoriales vont se creusant.

En 2012, la mortalité infantile accuse une différence de 5 points entre métropole et DOM, à l’avantage de la métropole”, affirment les rapporteurs. Les hommes meurent également plus vieux au fur et à mesure que l’on descend vers le sud (hors Ile-de-France). 
Deux régions se distinguent par une forte proportion de buveurs quotidiens : le Nord-Pas-de-Calais (18%) et le Languedoc-Roussillon (17%), alors que la moyenne nationale est à 11%.
Enfin, les inégalités sociales accroissent les inégalités de santé : les enfants d’ouvriers ont 10 fois plus de chances d’être obèses que les enfants de cadres” et les cadres vivent 10 années de plus que les ouvriers sans limitations fonctionnelles” (monter un escalier, voir, entendre…). 
L’activité physique varie aussi selon le milieu social : les enfants de cadres pratiquent un sport plus régulièrement que les enfants d’ouvriers. 
Partager cet article

Sur le même sujet