Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Tutelles, curatelles : études sur les 120 000 majeurs protégés par les UDAF (*)

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 15/02/2015

0 commentaires

Sur les 800 000 en France

L’Observatoire National des Populations Majeurs Protégés” (ONPMP) publie une nouvelle enquête sur les 120 000 majeurs protégés et dont la protection est assurée par une Union départementale des associations familiales (UDAF). Au total, 800 000 majeurs sont protégés en France.

94 244 personnes protégées par 59 services mandataires d’UDAF ont répondu à l’enquête.
En moyenne une UDAF assure la protection de 1 597 personnes majeures.

Selon le bilan d’activité de protection juridique des majeurs de la DGCS (Direction générale de la cohésion sociale), au 31 décembre 2012, un peu plus de 414 000 personnes protégées bénéficient d’une mesure de protection juridique exercée par un mandataire judiciaire à la protection des majeurs (MJPM)5.

Ces mesures de protection sont prises en charge par 3 catégories d’intervenants tutélaires :
81 % (soit 336 000) par un service mandataire,
11 % (soit 44 500) par un mandataire individuel,
8 % (soit 33 500) par un préposé.

La majorité des personnes protégées par une UDAF bénéficie d’une curatelle (renforcée), notamment quand elles ont moins de 70 ans. Au-delà les personnes sont placées sous tutelle.

L’étude constate une sur-masculinité parmi les personnes dont la mesure de protection est confiée aux services mandataires, ainsi qu’aux préposés d’établissement. En revanche la proportion de femmes protégées est significativement plus forte (60 %) pour les mandataires individuels privés”. Les femmes représentent les 34 des personnes protégées au-delà des 80 ans.

Plus jeunes, une majorité des personnes protégées par les UDAF sont majoritairement célibataires, vivent à leur domicile et relèvent de l’AAH, allocation adulte handicapé. A peine 15% sont propriétaires.

Les salariés des UDAF sont souvent confrontés à des problématiques de handicap psychique, de précarité ou d’isolement.
Pour y répondre, les UDAF annoncent des innovations : familles gouvernantes, modalités de prise en charge du handicap psychique, renforcement de l’expression des usagers, réflexion sur l’éthique de l’accompagnement…

Accéder au rapport ONPMP 2014 dans son intégralité

Partager cet article

Sur le même sujet